Ecowatt, gaspillage, eaux usées... Ce qu'il y a dans le plan anti-sécheresse du gouvernement

© Alain Pitton / NurPhoto / NurPhoto via AFP

Cours d'eau, au débit réduit, sols asséchés, nappes phréatiques à sec, communes touchées par des mesures de restriction ou des difficultés d'approvisionnement en eau potable... Après les records historiques de chaleur et de sécheresse atteints en 2022, l'exécutif veut reprendre sa gestion de l'eau afin d'anticiper les conséquences de ces changements climatiques, amenés à être plus fréquents à l'avenir. Dans les colonnes du Parisien, mardi, Christophe Béchu dévoile le plan anti-sécheresse du gouvernement. « La nature ne nous laisse pas le choix », admet le ministre de la Transition écologique, qui lance un appel à la sobriété énergétique auprès des particuliers, des collectivités et des agriculteurs. L'objectif principal ? « Diminuer d’un peu plus de 10 % le volume d’eau prélevée dans nos sous-sols d’ici la fin du quinquennat. Soit une baisse de 4 milliards de mètres cube sur un total de 33 captés chaque année. »

Pour y parvenir, Christophe Béchu a quelques pistes, comme mettre en place une forme d'Ecowatt de l'eau, qui fera état « des tensions dans le secteur où on se trouve », ou travailler sur le gaspillage de ce précieux liquide, en résorbant les points de fuite et en responsabilisant les acteurs locaux. « On ne peut pas garder des communes qui gèrent seules la compétence eau potable. L’objectif d’installer la gestion de l’eau en intercommunalités en 2026 doit être tenu », explique le ministre.

Des informations en temps réel

L’État fait également du traitement des ea...


Lire la suite sur LeJDD