En Ecosse, l'inquiétude des indépendantistes face au Brexit

Elle est heureuse, Ash Burnett. Malgré la pluie qui transperce les vêtements et le froid qui finit par engourdir les pieds, elle sourit. Ces derniers temps, elle était plutôt d'humeur anxieuse. Pire même. "Je suis terrifiée, en fait", avoue cette coordinatrice de soins dans un cabinet de vétérinaires à Dunfermline au nord d'Édimbourg. Le 31 janvier, le Royaume-Uni va officiellement sortir de l'UE, alors que l'Écosse a voté à 62% contre le Brexit. "On ne veut pas quitter l'Europe", insiste Ash ­Burnett. Samedi, cette femme de 38 ans a donc fait deux heures de bus pour venir manifester à Glasgow. "C'est important de se retrouver ensemble, même si on a des raisons différentes de réclamer l'indépendance, explique-t‑elle. La convivialité de ces rassemblements remonte le moral."

Lire aussi - L'Ecosse marche pour son indépendance à Glasgow

La manifestation de samedi après-midi, qui a rassemblé 80.000 personnes, était organisée par All Under One Banner (AUOB), ("tous sous un même drapeau"), une association non affiliée aux partis politiques écossais. ­Motards en tête de cortège suivis de fanfares aux tambours, la marche a sillonné les rues du centre-ville de la cité universitaire. La marée de drapeaux écossais bleus à croix blanche était au rendez-vous mais les cornemuses n'étaient pas de sortie, certainement à cause de l'annonce de vents violents. C'est probablement pour cette raison qu'ils n'étaient pas 300.000 comme espéré par les organisateurs, ce qui aurait constitué un record....


Lire la suite sur LeJDD