Économie. La Maison-Blanche prive Joe Biden d’un outil de poids face à la crise

Courrier international (Paris)
·2 min de lecture

Pour plusieurs médias américains, en stoppant une série de programmes d’aide gérés par la Banque centrale, le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin tente de limiter la capacité d’action de l’administration Biden face à la crise économique liée au coronavirus.

La querelle a démarré jeudi soir. Steven Mnuchin, le secrétaire américain au Trésor, a envoyé une lettre à la Réserve fédérale (Fed), la prévenant qu’il mettait fin à une série de programmes de prêts destinés aux commerces et aux États américains face à la crise du coronavirus. Une “décision abrupte”, selon un éditorial du New York Times, perçue par les démocrates et une partie des médias comme un coup bas à l’encontre de la future administration Biden.

Ce fonds d’urgence à la disposition de la Fed, représente environ 450 milliards de dollars. Un filet de sécurité mis en place avec le CARES Act, le plan massif d’aides au peuple américain voté par le Congrès au printemps. Il ne sera pas prolongé au-delà du 31 décembre et la Banque centrale américaine est priée de rendre les fonds restants. “À première vue, ça n’a pas l’air d’un coup énorme pour l’économie”, signale le Washington Post, rappelant que la Fed n’a finalement utilisé que 25 milliards de dollars. “Mais c’est trompeur”, prévient le quotidien de la capitale.

Un sentiment de sécurité

Car ces programmes ont rassuré les marchés. Le Post compare la situation à celle d’un enfant qui s’amuse dans un parc surveillé au loin par ses parents. Il “n’a pas nécessairement besoin de leur tenir la main tout le temps mais savoir qu’ils sont là lui procure un sentiment de sécurité”.

En terminer avec ces programmes quand “l’activité économique montre des signes de vacillement”, écrit le Times, suscite de nombreux critiques. Le quotidien new-yorkais déplore un “pari sans rien à y gagner

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :