Echauffourées en marge de la manif des anti

Libération.fr
Heurts à la fin de la manifestation des opposants au mariage pour tous, le 23 avril 2013.

Des groupes radicaux s'en prennent aux forces de l'ordre et aux journalistes.

Des incidents violents ont opposé plusieurs centaines de jeunes avec les forces de l'ordre ce mardi soir près de l'esplanade des Invalides, au soir du vote définitif de la loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe.

En début de soirée, réunis à l’initiative du collectif La Manif pour tous, 3 500 manifestants, selon la police, sont partis à 19h30 du métro Sèvres-Babylone, dans le centre de Paris, avant d'arriver vers 21h30 près de l’Assemblée nationale, sur l’esplanade des Invalides (VIIe arrondissement). Marion Maréchal-Le Pen a un moment rejoint la tête du cortège.

Vers 22h15, alors que la plupart des participants quittent la place dans le désordre, un groupe de manifestants d'extrême droite (Gud, Renouveau français) s’en prend aux force de l’ordre. Le face-à-face est tendu. Un groupe se met soudainement à charger les CRS en faisant exploser des pétards. Débordé, le service d’ordre, pris également à partie, s'éloigne.

Les médias sont également pris pour cible. Aux cris de «médias collabos, médias corrompus», les activistes envoient des projectiles en direction des journalistes. Un groupe de quelques dizaines de personnes poursuit même plus d’une vingtaines de journalistes sur quelques centaines de mètres en direction du pont de l’Alma, leur jetant des projectiles et frappant plusieurs d’entre eux. Puis commencent à jeter sur la route du matériel de chantier et des barrières en direction des CRS. Les manifestants continuent à harceler les journalistes. Un policier aurait également été blessé à la tête, selon l'AFP.



Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Le mariage gay fait défiler Toulouse
La France autorise le mariage homosexuel
Désir : «Une grande date pour l’égalité dans notre pays»
Mariage pour tous : «Cette loi, c'est l'intelligence»
«N’attendez pas pour les décrets, marions-les, marions-les!»