Ebranlé par la crise sanitaire, le constructeur automobile Renault pourrait fermer des sites en France

France 2

A cause de la crise du coronavirus, la vente de voitures neuves s’est littéralement effondrée au mois d'avril. En conséquence, le groupe Renault pourrait dévoiler, le 29 mai, les contours d'un vaste plan d'économies. Selon Le Canard enchaîné, le constructeur automobile français envisagerait de fermer quatre sites en France : Flins, Dieppe, Choisy-le-Roi et la Fonderie de Bretagne.

>> Retrouvez les dernières informations sur l'épidémie de Covid-19 dans notre direct


Devant la colère et l'inquiétude suscitées par cette situation, le Premier ministre a assuré que le gouvernement serait "intransigeant" sur la préservation des sites au moment où l'Etat, premier actionnaire du constructeur, prévoit de garantir un prêt d'environ 5 milliards d'euros pour l'aider à traverser la crise. Renault n'avait pas commenté ces informations dans la soirée.


Appréhension chez les salariés

Un peu plus de 1 000 salariés pourraient être touchés. L’usine de Flins (Yvelines), qui produit principalement la Zoé, pourrait être transformée. Seule certitude : une ligne servira à la fabrication de masques. Le délégué central FO Renault de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne) s'inquiète. "Ici, on est quand même plus de 200 salariés, ça pose la question de l’avenir de l’établissement", s’interroge-t-il.

Syndicats et responsables politiques de tous bords – en particulier des élus locaux – (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi