Ebola : un premier vaccin autorisé par l'ONU

Julie Kern, Rédactrice scientifique

On peut enfin protéger l’humanité contre un des fléaux majeurs de ces dernières années, le virus Ebola. Le 12 novembre dernier, l’Agence européenne des médicaments (EMA) a donné son feu vert pour la mise sur le marché du vaccin Ervebo, fabriqué par le laboratoire américain Merck Shape and Dohme. Il répond donc aux normes de l’ONU en matière de sécurité et d’efficacité. C’est le premier vaccin contre Ebola à obtenir cette approbation. « Il y a cinq ans, nous n'avions ni vaccin ni traitements thérapeutiques contre Ebola. Grâce à un vaccin préqualifié et à des traitements expérimentaux, Ebola est maintenant évitable et traitable » affirme le directeur de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus dans un communiqué de l'AFP.

La route fut longue pour ce vaccin dont la première ébauche fut faite en 2003. Cette année-là, l’épidémie d’Ebola est particulièrement meurtrière, le taux de mortalité atteint les 90 %. Depuis, il a fait ses preuves sur le terrain et a été administré, sans autorisation officielle, a plus de 236.000 personnes dont 60.000 soignants. Débutée en 2018, l’épidémie actuelle d’Ebola compte déjà plus de 3.290 cas en République démocratique du Congo. Six personnes sur dix en sont mortes. Seize ans après les premiers tests, la formule définitive est enfin disponible pour les agences de l’ONU et les soignants situés dans les pays à risque.

Le nombre de cas et de décès depuis le début de l'épidémie actuelle d'Ebola en juillet 2018. Les derniers chiffres parlent de plus de 3.000 cas. © OMS

Immuniser la population grâce à une injection unique

Le vaccin Ervebo fait partie de la famille des vaccins vivants atténués. C’est-à-dire qu’il est composé d’une souche virale entière mais incapable de se multiplier et d’induire une maladie. Son rôle est de stimuler efficacement le système immunitaire pour qu’il produise des anticorps spécifiques au virus Ebola. Les scientifiques ont utilisé un virus de stomatite vésiculaire modifié génétiquement : il peut alors fabriquer la...

> Lire la suite sur Futura