Publicité

Eau en bouteille : de grandes marques suspectées d'avoir employé des traitements interdits

Nestlé Waters a reconnu lundi avoir utilisé des traitements interdits pour garantir la "sécurité alimentaire" certaines de ses eaux minérales, et assure en avoir informé les autorités françaises en 2021. Environ un tiers des marques seraient concernées dans l'Hexagone, ont révélé mardi Le Monde et Radio France.

Le recours à des méthodes interdites pour purifier les eaux minérales, reconnu lundi par le groupe Nestlé, est-il une pratique étendue ? Elle concernerait un tiers des marques commercialisées en France, rapportent mardi 30 janvier Le Monde et Radio France, une source gouvernementale réfutant tout "risque sanitaire".

Prenant les devants, le numéro un mondial de l'eau minérale, Nestlé Waters, a révélé lundi dans la presse qu'il avait recouru à des traitements interdits – à base d'ultraviolets et de filtres au charbon actif – sur certaines de ses eaux minérales (Perrier, Vittel, Hépar et Contrex) pour garantir "leur sécurité alimentaire" et assure en avoir informé les autorités en 2021.

Le gouvernement confie alors à l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) une "mission d'inspection des usines de conditionnement d'eaux minérales naturelles et d'eaux de source" en France, dont les conclusions, remises en juillet 2022, ont été divulguées mardi par Le Monde et Radio France.

"L'ensemble des minéraliers concernés"

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Usines fantômes, gestion hasardeuse : le scandale des stations d'épuration de Guadeloupe
Eau potable en danger : les pesticides, nouveaux polluants éternels ?
Eau, la nouvelle guerre ?