Dupont-Aignan n'a pas toujours été conquis par le Front national

Le président de Debout La France a annoncé son soutien à Marine Le Pen vendredi soir. Ce samedi, au cours d'une réunion conjointe, la candidate a annoncé que si elle était élue au second tour de la présidentielle, celui-ci  serait nommé Premier ministre. Pourtant, ils n'ont pas toujours été du même avis.

"On peut protester avec le FN, on ne peut pas gouverner avec le FN!" Ce tweet de Nicolas Dupont-Aignan date d'octobre 2015. Pourtant, le candidat au premier tour de l'élection présidentielle a annoncé son ralliement à Marine Le Pen vendredi soir, précisant qu'un "accord de gouvernement" avait été conclu.

En outre, ce samedi, la candidate du Front national a annoncé que celui-ci serait nommé Premier ministre si elle est élue. Un revirement de position, qui n'a pas réjoui les siens: Dominique Jamet, vice-président de Debout La France, a annoncé sa démission sur BFMTV vendredi soir, affirmant qu'il n'approuvait pas "l'orientation prise" par Nicolas Dupont-Aignan. Eric Anceau, responsable du "projet pour la France" a également annoncé son départ sur Twitter.

"Je refuse ce chantage du Front national"

Cette nouvelle alliance entre les deux leaders politiques n'a pas toujours été envisagée par Nicolas Dupont-Aignan. En janvier 2017, il affirmait avec conviction:

"J'ai un chemin indépendant, je refuse ce chantage du Front national", au micro de Jean-Jacques Bourdin. Quelques semaines plus tard, en février, il insistait: "Je n'ai aucune raison de partir dans un patriotisme d'excès".

Le maire de Yerres mettait donc un point d'honneur à afficher sa différence politique avec le Front national, en se définissant comme un "gaulliste républicain", comme en témoigne une série de tweets:

"Marine Le...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages