Plus d'un quart des influenceurs font de la publicité déguisée

·1 min de lecture

C'est un nouveau métier né ces dernières années : influenceurs. Ces personnalités, souvent issues de la téléréalité, vendent des produits grâce à leur notoriété sur les réseaux sociaux. Plus ils ont d'abonnés qui les suivent, plus ils touchent des sommes importantes pour mettre en avant des produits, via des publications de photos ou vidéos. Mais certains ne sont pas tout à fait transparents : ils ne mentionnent pas toujours qu'il s'agit de partenariats avec des marques.

>> Retrouvez les journaux des médias tous les matins à 9h10 sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

Pourtant, les réseaux sociaux ont développé des outils spécifiques pour différencier clairement un contenu lambda d'une publicité. Aux yeux de l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité, celles et ceux qui n'affichent pas clairement qu'ils sont payés par les marques font de la publicité déguisée. 

Les petits influenceurs davantage concernés

Une étude publiée lundi montre que plus d’un quart des influenceurs sont concernés : 26,6% d'entre eux font de la publicité déguisée. Et ceux qui se livrent à ces pratiques sont en majorité les plus petits comptes, en dessous de 100.000 abonnés. 

Mais parmi les plus importants, plus d'1 million d'abonnés, ils seraient tout de même autour de 12% à ne pas respecter la loi. Dès lors qu'un influenceur publie du contenu sponsorisé, il doit l'indiquer clairement, soit avec les hashtags #partenariat ou #sponsoring, soit plus clairement avec une indicati...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles