Plus d'un million d'euros d'argent public réclamé à Bridgestone

·2 min de lecture

C’est une affaire dans l’affaire. Si on sait depuis plus d’une semaine que Bridgestone veut fermer le site de Béthune qui compte 863 emplois, le dossier est encore loin de prendre fin. D’un côté, il y a les salariés qui ont saisi le tribunal judiciaire de Lille qui cherchent à obtenir un report arguant d'une rupture brutale des relations commerciales. De l’autre, comme le détaille la Voix du Nord, ce sont les élus locaux qui montent au front afin d’obtenir le remboursement d’aides publiques qui avaient été versées par le passé.

La communauté d’agglomération de Béthune-Bruay Artois-Lys Romane (CABBALR) se concentre spécifiquement sur une convention signée en 2007. "C’est une clause sociale qui précisait la création d’emplois. Ça n’a pas été respecté donc nous sommes en droit de réclamer les fonds", souligne Olivier Gacquerre, le maire de Béthune et président de l’agglomération. A l’époque, l’entreprise qui cherchait à se moderniser a demandé une aide financière. Plusieurs acteurs mettent alors la main à la poche : Etat, région, Europe, et agglomération. Pour cette dernière, l’aide prend la forme du financement d’une extension de l’usine. Bridgestone s’engageait alors sur le volet social à maintenir l’effectif au-dessus des 1.258 salariés jusqu’à 2015. 50 emplois devaient aussi être créés. Or, selon l’agglomération, Bridgestone employait au final moins de salariés sur le site en 2015 qu’en 2007. Si la somme prévue initialement était de 1,5 million d’euros, seuls 1,25 million ont été versés. C’est cette somme que veut désormais récupérer l’agglomération.

>> A lire aussi - C'est notre fiscalité qui a tué Bridgestone Béthune !

Steve Bossart, vice-président, chargé du développement économique, précise que l’agglomération a jusqu’au 31 décembre 2020 pour déposer cette réclamation. La décision aurait été prise après l’annonce de la fermeture du site. "Y a pas de cadeaux à faire", résume l’élu. Avec le départ de l’entreprise, l’agglomération va perdre 4,5 millions de recettes (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Confinement : Emmanuel Macron veut mettre fin à "l'incertitude"
Covid-19 : la choquante initiative des responsables d'un abattoir américain
À Nice, Christian Estrosi fait payer très cher un tweet à l'un de ses opposants
Liban : un cabinet renonce à un audit capital de la banque centrale, l’économie inquiète
Taux de reproduction : les régions où l'épidémie recule le plus, notre carte de France