Pas plus d'un milliard pour la Guyane, estime le gouvernement

Libération.fr
Des membres des «500 frères» font face à la police, le 29 mars 2017 à Cayenne.

Le plan d'urgence pour la Guyane a été au cœur d'une grosse réunion interministérielle, mais l'exécutif n'entend pas aller plus loin qu'un milliard d'euros pour le département d'Outre-Mer qui connaît le plus fort mouvement social de son histoire.

La politique est affaire de symboles. A l’orée d’une troisième semaine de crise en Guyane, le Premier ministre a envoyé lundi un bon gros paquet d’images et de mots bien ficelés à destination de Cayenne.

Après avoir dépêché (d’abord) une délégation interministérielle puis (le conflit prenant de l’ampleur) deux ministres sur place, Bernard Cazeneuve a réuni à Matignon onze membres de son gouvernement pour dresser la liste des avancées accordées à la Guyane via un plan d’urgence en 25 «mesures stratégiques» d’un montant estimé à 1,085 milliard d’euros.

La réunion a duré 1 h 30 et les ministres ont été priés de faire tapisserie derrière le chef du gouvernement pendant sa déclaration à la presse. Une photo de famille censée prouver à Cayenne toute la considération que l’Etat et la gauche lui portent.

Ultimes fenêtres de tir

Pour François Hollande et Bernard Cazeneuve, les enjeux sont loin d’être symboliques. La crise en Guyane c’est un creuset où se mêlent les questions de continuité territoriale, de décentralisation, de défense du quinquennat et de sérieux budgétaire. A vingt jours du premier tour, la gauche qui trouve des solutions sans promettre la lune dispose là de l’une de ses ultimes fenêtres de tir. D’action et de communication politiques.

Samedi, le collectif «Pou Lagwiyanne Dékolé» a rejeté le plan d’urgence, réclamant le doublement de l’enveloppe d’aide, à 2,5 milliards d’euros. Refus catégorique de Paris. «Il serait très facile de céder à la facilité de promettre des mesures et des aides d’un montant irréaliste puis d’en laisser la charge à un autre gouvernement, explique Bernard Cazeneuve. La Guyane ne pourra pas décoller sur la base de fausses promesses et d’engagements non tenus».

400 (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Le chanteur Renaud votera Macron
Droits non humains
Les animaux dans la campagne politique: tous aux poils
68 euros
Au Front national, les retraites font ressurgir les divisions

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages