Plus d'un maire sur deux ne veut pas se représenter aux prochaines municipales

Une mairie. (photo d’illustration) - AFP
Une mairie. (photo d’illustration) - AFP

En raison de l'inflation et de la crise énergétique, les maires vivent une situation difficile. Si bien que 55% d'entre-eux ne souhaitent pas se représenter d'ici la fin de leur mandat selon un sondage de l'Ifop publié à l'occasion du Congrès des maires de France. L'institut souligne qu'il s'agit d'un record en 20 ans.

Les plus concernés par cette statistique sont les édiles âgés (72% des plus de 70 ans), ruraux (56%) et ceux dont au moins 10% du budget de fonctionnement est consacré à l'énergie.

Des maires insatisfaits de l'action du gouvernement

Pour s'en sortir, 16 % des maires envisagent de fusionner avec une commune voisine. "Ce chiffre, jamais mesuré jusqu’à ce jour, est le signe de craintes sur la pérennité du tissu communal hexagonal", écrit l'Ifop. Par ailleurs, 12% des maires pourraient ne pas payer le surcoût à régler à leur fournisseur d'énergie.

Face au contexte actuel, les édiles sont, pour la majorité, insatisfaits de la réponse apportée par l'exécutif. Dans le détail, 67% estiment que l'extension du bouclier tarifaire aux collectivités est insuffisante et 73% que les financements d'aides à la transition énergétique sont faibles.

Pour réagir, 82% des édiles envisagent, ou ont déjà décidé, de couper l'éclairage public, tandis que 24% pourraient augmenter les impôts locaux.

Article original publié sur BFMTV.com