DS 7 Crossback, le SUV français qui veut croquer du BMW

ESSAI. Son allure un brin outrancière laissait craindre un ramage peu en rapport avec son plumage. Dans les faits, le DS 7 Crossback offre un confort de haute volée, une finition soignée et un équipement à la page.

DS Automobiles n'avait pas présenté de modèle vraiment inédit depuis la fin 2011. Six années sans lancement, pour n'importe quel constructeur, cela ressemble à une éternité. Mais pour une jeune marque, assez présomptueuse pour tenter de s'imposer dans le cénacle des grands noms du luxe, cela vaut un retour à la case départ. Dur.

Aussi lourde soit-elle, la sentence est acceptée par les dirigeants de DS Automobiles. "Nous savons qu'il faut compter entre douze et quinze ans pour construite une marque, et plus encore lorsqu'il s'agit d'une marque premium", reconnaît sans ambages Yves Bonnefont. A condition bien sûr de s'en tenir à une constance parfaite dans ses efforts, une qualité qui a historiquement manqué aux constructeurs français en haut-de-gamme. Depuis plus de deux ans, le Directeur général de DS Automobiles le répète inlassablement : "Nous nous donnons vingt ans pour imposer notre marque premium."

Après avoir goûté au DS 7 Crossback, on veut bien croire à ses chances de succès. Car ce SUV de la renaissance de DS ne se contente pas de jeter de la poudre aux yeux : il y a de la substance, derrière cette débauche de luxe clinquant.

Le DS 7 Crossback est le véhicule du second départ pour DS

Parl[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages