Des drones en suspension électrostatique pour explorer la Lune

·2 min de lecture

Le retour de la noosphère sur la Lune est imminent avec la mission Artemis. Mais on peut raisonnablement penser que des Homo sapiens ne fouleront pas le régolite lunaire avant 2025. Entretemps, il est probable que des missions robotisées vont se multiplier sur la surface de notre satellite. Nous disposons certes déjà d'une remarquable connaissance de la surface de la Lune grâce à la résolution des images de la sonde LRO (Lunar Reconnaissance Orbiter) qui est en effet inférieure au mètre. Mais d'innombrables surprises sont peut-être cachées dans ces images et nécessiteraient pour en prendre toute la mesure de pouvoir examiner directement à la surface de la Lune des lieux sur lesquels LRO aurait attiré l'attention.


 Une collection des images prises par la sonde LRO. © Nasa Scientific Visualization Studio

Des technosignatures E.T. et une planétologie exotique ?

Pour s'en convaincre et pour rêver un peu, rappelons qu'il y a presque une décennie, le célèbre physicien Paul Davies avait proposé dans un article publié en 2013, Searching for alien artifacts on the moon, d'enrôler des internautes pour chercher dans les images de LRO des technosignatures éventuelles d'explorateurs extraterrestres ayant laissé, peut-être, l'équivalent du monolithe noir de 2001:l'Odyssée de l'espace. Davies et son étudiant de l'époque, Robert Wagner, renouvelaient en fait un concept déjà exploré par un radioastronome ukrainien membre de Seti, Alexey Arkhipov, en complément des tentatives pour détecter des traces de civilisations extraterrestres en train de construire des stations spatiales ou qui se signaleraient par l’éclairage de leurs villes.

Il s’agissait donc de chercher plus généralement sur la Lune des restes de civilisations extraterrestres, comme des édifices et des mines, laissés il y a peut-être des millions d’années par une mission d’exploration de notre Planète bleue.

En effet, il est complètement improbable que le développement de l’humanité coïncide à seulement quelques milliers...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles