Des drones qui collaborent entre eux pour monter une construction sur le modèle des abeilles

Autonomous Manufacturing Lab, University College de Londres

Une équipe de chercheurs a réussi à faire collaborer plusieurs machines pour monter des murs de ciment ou de mousse expansive. Le dispositif pourrait servir à bâtir rapidement des abris d’urgence dans des zones difficiles d'accès.

C’est une colonne circulaire d'un peu plus de deux mètres de haut, pas très régulière au point de ressembler à une stalagmite. D’un diamètre de trente centimètres, elle est faite en mousse expansive de polyuréthane thermoplastique. Mais elle n'a pas été façonnée pas par un ouvrier du bâtiment : des drones aériens autonomes ont assuré le travail en collaborant entre eux, projetant de 72 couches de matériau.

Ce projet, publié dans la revue en septembre 2022, a été mené à bien par une équipe pluridisciplinaire (architecture, informatique, design, aéronautique) de chercheurs issus de l’Imperial College, de l’University College et de l’université Queen Mary de Londres, de l’université de Bath (Royaume-Uni), de l’université de Pennsylvanie (Etats-Unis) et de l’université technique de Munich (Allemagne).

Une cartographie 3D du chantier

Imitant la collaboration entre insectes bâtisseurs, comme les abeilles, les aéronefs se répartissent deux tâches. Des drones constructeurs, qui déposent concrètement le matériau (les BuilDrones), se succèdent, couche après couche, pour monter la colonne. Mais entre chaque dépôt, un troisième engin muni d’un système de vision par ordinateur avec caméra de profondeur (le ScanDrone) vient inspecter le travail accompli et scanne la construction en tournant autour. Il obtient une cartographie 3D permettant d’avoir des détails sur la géométrie et la régularité des couches de mousse déposées.

Les données servent ensuite aux BuilDrones pour rectifier le tir si besoin, en rectifiant leur position dans l’espace. Concrètement, ils ont une marge d’erreur acceptable de 14 millimètres sur le plan horizontal et de 6 millimètres à la verticale. Les trois appareils se coordonnent ainsi jusqu’au terme du "chantier", d’une durée de 29 minutes.

Une idée prometteuse pour des hébergements d'urgence

Deux autres expériences ont été menées. L’une consiste à monter un mur circulaire de ciment allégé avec divers produits, l’autre implique la construction d’une struc[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr