Des drones armés, commandés par leur seul algorithme, ont-ils tué en Libye ?

·2 min de lecture

Des drones armés, mus par leur seul algorithme, ont-ils tué en Libye en mars 2020 ? La nouvelle a été reprise par plusieurs médias en ligne et évoque les robots tueurs des films dystopiques Terminator. Alors, est-on vraiment passé du mythe à la réalité ?

À l’origine, il a y un rapport rédigé par un groupe d’experts pour le compte du Conseil de sécurité de l’ONU, paru en mars 2021 et analysé — avec une certaine prudence — par le magazine britannique . La raison de ce rapport onusien ? Il s’agit de “surveiller l’application de l’embargo sur les armes à destination de la Libye”, lequel embargo est allègrement et n’empêche pas les flux entrants d’armes et de mercenaires étrangers. Le rapport évoque au détour d’un paragraphe un épisode remontant à l’année dernière : les forces du , opposée aux troupes du gouvernement de Tripoli, sont alors en pleine retraite. Elles sont attaquées par des drones armés autonomes, des quadrirotors Kargu-2 de conception turque.

Ces drones armés, envoyé par le gouvernement de Tripoli pour s’en prendre aux forces en déroute du maréchal Haftar on-ils fait des victimes ? Le rapport ne le dit pas. Ce qu’il mentionne en l’occurrence, c’est la possibilité que les algorithmes de reconnaissance visuelle dont ils sont dotés leur permettent de cibler et de tuer “sans qu’il soit besoin d’établir une connexion des données entre l’opérateur et la munition”. Autre interrogation : si ces drones ont tué en mars 2020, l’ont-ils fait sans qu’un être humain n’intervienne dans la décision finale de frapper ?

Le site américain s’empare lui aussi du sujet pour nuancer là où d’autres insistent (avec complaisance ?) sur l’autonomie effrayante de ces robots tueurs. Et livre ses arguments. Impossible de savoir si les Kargu-2 travaillaient de manière entièrement autonome ce jour-là. Et de plus, quelle différence y a-t-il entre ces armes létales autonomes et une mine anti-personnel, qui blesse et tue sans intervention humaine ? Car ce qui se joue dans ce débat, c’est la définition même de ce que sont ces “systèmes d'armes létales autonomes” ou LAWS en anglais. On découvre en parcourant l’article de The Verge que plusieurs types d’objets se conformeraient à cette définition. Le magazine américain cite le cas des “muni[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles