Droits voisins : l’union fait la force

·1 min de lecture
500 titres de presse s'associent à la Sacem pour mieux percevoir les droits voisins.
500 titres de presse s'associent à la Sacem pour mieux percevoir les droits voisins.

Le SEPM, Syndicat des éditeurs de la presse magazine, qui regroupe plus de 500 publications, dont celle de Prisma Media, de CMI France, de Bayard Presse, ainsi que L'Obs, Valeurs actuelles ou Le Point, vient de nouer un accord avec la Sacem, la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique, qui depuis cent soixante-dix ans prélève les droits de près de 170 000 auteurs à travers le monde. Ensemble, ils vont créer le premier organisme de gestion collective du droit voisin de la presse en France. Une initiative rendue indispensable par la puissance croissante des Gafa, de plus en plus réticents à rémunérer justement les droits attachés à la création et à la diffusion d'articles, de vidéos et de contenus d'information. Alain Augé, président du SEPM, et Jean-Noël Tronc, directeur général-gérant de la Sacem, expliquent l'ambition et la portée de cette association.

À LIRE AUSSIAttention, écosystème culturel en danger !

Le Point : Pourquoi et comment la Sacem et le SEPM unissent-ils leurs forces pour mieux garantir la juste rémunération des droits voisins ?

Jean-Noël Tronc, directeur général de la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem), dans les locaux de la Sacem, le 29 mai 2020. © Eric Garault / Eric Garault / PascoandcoJean-Noël Tronc : Cet accord répond à un enjeu fondamental : le partage de la valeur entre les médias et les plateformes qui, depuis des années, utilisent et monétisent les contenus développés par la presse ain [...] Lire la suite