Droits TV: le foot français dans l’impasse malgré des offres d’Amazon, Discovery et DAZN

·2 min de lecture

La Ligue de football professionnel (LFP) a indiqué ce 1er février 2021 que les consultations lancées pour la commercialisation des droits d’exploitation audiovisuelle des championnats de France de première et deuxième divisions étaient « infructueuses ». Malgré des offres émises par les géants Amazon, Discovery et DAZN, les prix de réserve fixés par la LFP n’ont pas été atteints, plongeant ainsi un peu plus le foot français dans l’angoisse, entre crise financière et conflit avec un de ses diffuseurs, Canal Plus.

Le foot pro français vient de recevoir un nouveau camouflet, ce 1er février 2021. Quatre mois après le début d’un bras-de-fer avec son diffuseur Mediapro, la Ligue de football professionnel (LFP) ne semble pas prête de trouver un successeur au groupe sino-espagnol. En tout cas pas aux conditions qu’espéraient la LFP.

Ce lundi, la Ligue avait lancé une consultation auprès des entreprises souhaitant diffuser le Championnat de France de première division (Ligue 1) et/ou celui de deuxième division. Elles ont été « infructueuses », a conclu la LFP à travers un communiqué laconique. Motif : « les prix de réserve [n’ont] pas été atteints. »

48h de réflexion

Des géants comme Amazon, Discovery et DAZN ont certes déposé des dossiers. Mais leurs offres sont visiblement inférieures à ce que Mediapro avait promis en 2018 pour retransmettre une grande partie des rencontres de Ligue 1 (L1) et de Ligue 2 (L2), soit 814 millions d’euros par saison.

« La LFP se laisse désormais 48 heures pour définir les prochaines étapes de la commercialisation de ses droits », s’est bornée à conclure une institution sous pression alors que les clubs de L1 et de L2 traversent une crise financière profonde en raison de la pandémie de Covid-19. Ceux-ci anticipent ainsi des pertes à hauteur d’1,3 milliard d’euros pour les prochains mois, entre absence de recettes de billetterie, sponsoring en berne et marché des transferts de joueurs atone.

Canal Plus et beIN pas candidats

Depuis le retrait de Mediapro en décembre, la LFP espérait trouver un terrain d’entente avec Canal Plus et/ou beIN Sports, deux autres de ses diffuseurs. Mais Canal Plus, qui retransmet 20% des matches de Ligue 1 contre 330 millions d’euros annuels, conteste les modalités de la procédure lancée par la LFP, auprès du tribunal de commerce de Paris et de l'Autorité de la concurrence. Quant au groupe qatari beIN, il n’ a pas davantage participé à la consultation.

Pire, les clubs pros français risquent désormais de faire face à une nouvelle menace financière : Canal Plus a en effet indiqué qu'elle souhaitait restituer son lot de rencontres, estimant sa valeur « surévaluée » par rapport au contexte de l'appel d'offres de 2018 dont Mediapro était sorti vainqueur. Or, un versement de Canal Plus est attendu ce 5 février...