Droits LGBT en Hongrie : la Commission européenne monte au créneau contre Viktor Orban

·1 min de lecture

Le menu du sommet européen, qui se tient jeudi et vendredi à Bruxelles, était déjà dense entre le plan de relance, la politique migratoire, les relations avec la Turquie et la Russie. Mais un autre dossier de taille s'est ajouté in extremis à l'ordre du jour : la loi hongroise contre l'homosexualité.

>> Retrouvez Votre grand journal du soir en replay et en podcast ici

Les associations redoutent une censure

Le texte de la loi indique clairement que la pornographie, au même titre que les contenus qui font la promotion du changement de sexe ou de l'homosexualité, doivent être interdits aux mineurs. Mais quels contenus seront concernés ? C'est toute l'ambiguïté de cette loi très vague et donc sujet à interprétations.

Les ONG redoutent par exemple l'interdiction de certaines publicités. En 2019, des affiches de Coca-Cola montrant un couple d'hommes avaient déjà suscités des appels au boycott. Cette censure pourrait aussi s'appliquer aux livres, aux films ou aux séries, comme Friends ou Billy Eliott, car l'homosexualité est un des sujets abordés. Le texte précise également que désormais les cours d'éducation sexuelle seront assurés par des organisations agrées par l'Etat.

>> LIRE AUSSIDroits des homosexuels : pluie de critiques sur la Hongrie et l'UEFA

"Ils n'ont plus rien à faire dans l'Union européenne"

Cette loi a été qualifiée de "honte" par la présidente de la commission, Ursula von der Leyen. Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a été sommé de s'expliquer lo...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles