Droits LGBT en Europe : "On ne peut pas céder là-dessus", insiste Jean-Luc Romero

·1 min de lecture

À l'occasion de la marche des fiertés, samedi, Jean-Luc Romero, adjoint à la mairie de Paris chargé des droits humains, de l'intégration et de la lutte contre les discriminations, était l'invité d'Europe 1. Parmi les pionniers de cette lutte difficile contre les discriminations à l'égard de la communauté LGBTQI+, il a notamment réagi à la polémique autour du projet de loi hongrois interdisant la "promotion" de l'homosexualité auprès des mineurs.

>> Retrouvez Europe matin week-end en podcast et en replay ici 

"Ce qui est très inquiétant, c'est que c'est en Europe"

Alors que la Hongrie serre la vis avec cette loi qui a suscité l'indignation européenne, Jean-Luc Romero estime que le problème est plus profond. "Il y a quelques mois ou quelques semaines, on parlait aussi d'un autre pays qui est au devant de la scène depuis un moment : la Pologne, qui a créé des 'zones interdites'" aux LGBT, rappelle-t-il. "Et puis, cette fois-ci, c'est la Hongrie. Ce qui est très inquiétant, c'est que c'est en Europe."

Une Europe censée porter les valeurs d'inclusion, de respect de chacun dans ses idées et dans sa diversité, insiste-t-il. "C'est pour ça que la réponse de la diplomatie européenne et de la plupart des pays européens est extrêmement importante. Parce qu'on ne peut pas céder là-dessus", poursuit Jean-Luc Romero.

Pour sa défense, lors du sommet des chefs d'États de l'Union européenne, jeudi et vendredi, le Premier ministre hongrois Viktor Orban a affirmé que sa loi ne portait pas ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles