La droite investit la banlieue pour se réinventer

Romain Herreros
Gerard Larcher et Valerie Pecresse lors d'un meeting de François Fillon en avril 2017. 

POLITIQUE - Alors que la droite est plus dispersée que jamais après la débâcle des Républicains aux européennes et le travail de sape mené par LREM sur le parti conservateur, deux têtes d’affiche de l’ex-UMP se retrouvent ce jeudi 12 septembre, Gérard Larcher et Valérie Pécresse

Le président LR du Sénat et la présidente Libres! de la Région Île-de-France participeront à une convention sur le thème des banlieues, au Blanc-Mesnil, dans le très sensible département de Seine-Saint-Denis. Un lieu qui doit rien au hasard. Proche de Valérie Pécresse, Thierry Meignen a arraché en 2014 cette ville aux communistes qui y étaient implantés depuis des décennies.

“L’idée, c’est de mettre en avant la réussite d’une ville qui a basculé à droite et de montrer qu’on a des solutions pour ces territoires”, souligne auprès du HuffPost Geoffrey Carvalhinho, conseiller au cabinet de l’ancienne ministre du Budget, qui ajoute: “d’autant que La République en Marche n’a pas fait de ces quartiers une priorité”. Une manière de rappeler que les promesses du candidat Macron se font toujours attendre dans ces zones, et que le fameux plan Borloo commandé par le président de la République a tourné au fiasco.

Lundi 9 septembre, la présidente de la région Île-de-France a préparé le terrain dans les colonnes du Monde. “Malgré des mois de grand débat national, la situation explosive de nos banlieues n’a suscité qu’un intérêt de façade. Aucune inflexion politique ne vient prendre à bras-le-corps le défi de rétablir l’ordre et l’espoir dans nos quartiers populaires”, tacle Valérie Pécresse, qui prône “le rétablissement de l’autorité de la loi, d’une vraie mixité sociale et d’un espoir de réussir”.

Double avantage

Alors que Gérard Larcher entreprend un tour de France pour rassembler au-delà de LR à travers différentes conventions thématiques, cette étape en banlieue présente un double avantage pour les responsables de droite qui refusent la réduction des Républicains à sa frange la plus conservatrice et...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post