Droite et extrême droite main dans la main pour gouverner l'Andalousie

Libération.fr
Manifestation organisée par le parti d'extrême droite Vox, le 1er décembre à Madrid.

Avec les voix du parti extrémiste Vox, la candidate de Ciudadanos (centre droite) est élue présidente du parlement régional. Et le leader du Parti populaire (droite) devrait devenir président de la région espagnole en janvier.

Pour la première fois depuis 1977 et le retour de la démocratie, un responsable d’extrême droite occupera un poste à responsabilité dans une institution espagnole : Manuel Gaviria, du parti Vox, est devenu jeudi vice-président du Parlement d’Andalousie. Il sera l’un des six membres du bureau de l’assemblée régionale. En échange, sa formation a permis l’élection de Marta Bosquet, candidate de Ciudadanos (centre droit) à la tête du Parlement qui siège à Séville.

A lire aussiVox, la voix nouvelle de l’extrême droite espagnole

Cette configuration nouvelle du paysage politique est la conséquence des élections régionales du 2 décembre, marquées par un revers historique du parti socialiste (PSOE), à la tête de la région depuis mai 1982. Un recul qui n’a pas profité à Podemos, et qui empêchait la socialiste Susana Diaz de sauver son fauteuil de présidente de la région. Mais la droite classique (PP et Ciudadanos) ne pouvait pas non plus rassembler une majorité en raison de l’irruption du parti d’extrême droite Vox, qui raflait 12 sièges de député. C’est donc une formation xénophobe, opposée aux droits des femmes et des minorités, crispée sur l’unité du pays contestée par la tentative de sécession d’une partie de la société catalane, qui s’érige en arbitre.

Conseillers

L’attribution à Ciudadanos de la présidence du parlement ouvre la voie à l’élection du leader du PP Juan Manuel Moreno comme président régional, le 16 janvier. Mais là encore, il faudra l’appoint des voix de Vox. Jeudi, après l’élection au Parlement, le parti extrémiste exigeait d’être associé à l’accord de gouvernement signé par les deux autres composantes de la droite andalouse. L’enjeu est d’entrer en janvier au gouvernement, en occupant un des treize postes de conseiller (l’équivalent de (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Traversée de l’Antarctique : pourquoi l’«exploit» de Colin O’Brady n’en est pas vraiment un
«Je crains que le pouvoir cherche à donner rendez-vous aux Congolais sur le terrain de la violence»
Alexandre Benalla, traversée de l'Antarctique, Indonésie : l'essentiel de l'actualité de la journée
Madagascar : Rajoelina sacré président, Ravalomanana crie à la fraude
Exploit d'un Américain, premier à traverser l'Antarctique en solo et sans assistance