Droit de vote aux États-Unis. Derrière les mots forts, l’impuissance de Joe Biden

·1 min de lecture

Dans un discours véhément à Atlanta mardi, le président a défendu les projets de loi sur le point d’être examinés au Sénat tout en demandant la fin de la règle du filibuster, qui empêche, selon lui, la chambre haute de fonctionner correctement dans le climat actuel de division aux États-Unis.

“Un discours majeur”, pour CNN, ou “flamboyant”, selon le Los Angeles Times, usant d’“une rhétorique enflammée”, décrit le Washington Post. Joe Biden “n’a pas mâché ses mots”, résume Politico. Mardi à Atlanta, moins d’une semaine après une intervention déjà remarquée sur l’assaut contre le Capitole, le président américain a défendu vigoureusement deux lois sur le droit de vote bientôt examinées au Sénat.

Il a été jusqu’à “comparer les sénateurs opposés à la législation aux ségrégationnistes des années 1960, décrit le Huffington Post. “Comment souhaitez-vous vous que l’on se souvienne de vous ? Vous voulez être du côté du docteur [Martin Luther] King ou de George Wallace ? Vous voulez être du côté d’Abraham Lincoln ou de Jefferson Davis ?” a demandé le chef de l’État.

Le John Lewis Voting Rights Advancement Act , en hommage à l’ancien sénateur et militants des droits civiques, donnerait plus de contrôle au gouvernement fédéral sur les procédures électorales mises en place par

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles