Droit de vote des étrangers : que dit la loi dans les autres pays ?

© Fiora Garenzi / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Une proposition de loi inspirée par le député Renaissance Sacha Houliédivise la majorité : faut-il accorder le droit de vote aux étrangers ? Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin l'a d'ailleurs immédiatement réfutée. Si, depuis 1998, tous les pays membres de l’Union européenne accordent le droit de vote aux élections locales aux ressortissants des autres pays membres, cette proposition de loi permettrait d'ouvrir ce droit à toutes les nationalités. Europe 1 fait le point sur ce qui se fait dans d'autres États.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Onze pays de l'UE interdisent le vote des étrangers

D'abord, dans l'UE, l'Irlande est le seul pays qui accorde le droit de vote à tous les étrangers sans conditions depuis 1963. À l'inverse, onze pays européens l’interdisent totalement comme l’Allemagne , l’Italie, la Grèce ou la Pologne. Et en Allemagne, cette interdiction est qui plus est inscrite dans la constitution fédérale.

Ensuite, certains pays permettent de voter, mais sous conditions. C’est le cas des pays scandinaves qui exigent entre deux à cinq ans de résidence minimum. Plus original, l’Angleterre, l’Espagne ou le Portugal accordent le droit de vote aux ressortissants de leurs anciennes colonies. Enfin, aux États-Unis, il est impossible de voter sans la nationalité américaine, hormis dans une dizaine de petites villes.


Lire la suite sur Europe1