Droit à l'avortement révoqué aux Etats-Unis: de LeBron James à Megan Rapinoe, le monde du sport en colère

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Megan Rapinoe à la Maison Blanche, en mars - JIM WATSON © 2019 AFP
Megan Rapinoe à la Maison Blanche, en mars - JIM WATSON © 2019 AFP

L'annulation du droit à l'avortement décidée vendredi par la Cour suprême constitue "une triste journée pour les Etats-Unis", a déploré l'ancienne championne de tennis et militante Billie Jean King, un sentiment partagé par de nombreuses personnalités du sport américain.
"La Cour suprême a révoqué l'arrêt 'Roe v. Wade', qui protège depuis près de 50 ans le droit à l'avortement. Cette décision ne mettra pas fin à l'avortement. Ce à quoi elle mettra fin, c'est l'accès sûr et légal à cette procédure médicale vitale", a fustigé l'icône du mouvement pour l'égalité des sexes dans le sport et défenseure des droits des femmes. "Il est difficile d'exprimer à quel point ce jour est triste pour moi, pour mes coéquipières, pour toutes les personnes que cela va affecter", a déclaré, dans un même élan, Megan Rapinoe, la star de l'équipe féminine de football des Etats-Unis, jugeant cette décision "totalement malavisée". "Le droit à la liberté et à la poursuite du bonheur et de cette liberté est attaqué. Il y a une quantité infinie de raisons pour lesquelles une femme choisit de faire ce qu'elle fait de son corps et aucune de ces raisons ne regarde qui que ce soit d'autre", a-t-elle ajouté. "Je suis encore un peu sous le choc et j'essaie d'assimiler tout cela. C'est un pas en arrière pour notre pays", a regretté Lindsey Horan, sa coéquipière au sein de Team USA.

"Hypocrisie de la situation"

La Ligue nord-américaine de football féminin a dénoncé le fait que cette révocation du droit à l'avortement "prive les individus dans ce pays d'une pleine liberté et d'une égalité qui est la pierre angulaire d'une société juste".

Pour le syndicat des basketteuses professionnelles (WNBA), cette décision, s'ajoutant à celle prise la veille par la même Cour suprême visant à faciliter le port d'armes en public dans certains Etats, est le fait de "politiques tellement déconnectés du pays et de tout sens de la dignité humaine". "Sommes-nous dans une démocratie où les armes à feu ont plus de droits que les femmes ?", s'est-il insurgé. De nombreux sportifs ont exprimé leur indignation et leur soutien envers les femmes, tel le pilote d'IndyCar Dalton Kellett dénonçant "en tant qu'homme l'hypocrisie de la situation". "Si les rôles étaient inversés, cela ne ferait même pas l'objet d'une discussion. Nous ne renoncerions jamais au contrôle de notre corps. Les femmes ne devraient pas avoir à renoncer au contrôle du leur".

Pour la superstar de la NBA LeBron James, tout ceci n'est qu'"UNE QUESTION DE POUVOIR ET DE CONTROLE !!!", a-t-il tweeté.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles