Drogues : le ministère de la Santé veut pérenniser les "salles de shoot"

·1 min de lecture

En plein débat sur les ravages du crack à Paris, le gouvernement s'achemine-t-il vers un développement des "salles de shoot" ? Le ministère de la Santé a officialisé vendredi son souhait d'autoriser durablement l'existence de ces salles de consommation à moindre risque.

Le ministère "souhaite pérenniser ces dispositifs dans le droit commun, afin de laisser la possibilité aux communes d'ouvrir de nouvelles salles", face au bilan "positif" des deux structures expérimentées à Paris et Strasbourg depuis 2016, ont expliqué les services d'Olivier Véran à l'AFP, confirmant une information du Monde.

Projets en gestation à Bordeaux et Marseille

Ces salles permettent à des centaines de toxicomanes de s'injecter de l'héroïne et d'autres opiacés avec du matériel stérile et, dans une moindre mesure depuis fin 2019, de fumer du crack dans un environnement sécurisé. Le cadre dérogatoire qui leur permet d'opérer prend fin en 2022 et une pérennisation nécessite de les inscrire dans la loi avant la fin du mandat présidentiel d'Emmanuel Macron.

La création de nouvelles salles pourrait ainsi être autorisée au cas par cas par le ministère, après concertation entre élus locaux, agences régionales de santé, préfectures et parquets. 

Politiquement épineux, des projets de ce type sont en gestation depuis des mois à Bordeaux et à Marseille et ont été mis en sourdine lors des dernières élections municipales. 

Cette pérennisation n'est toutefois pas encore actée. Le sujet doit être arbitré prochainement pa...


Lire la suite sur Europe1