Drogue à Marseille: Emmanuel Macron qualifie les consommateurs de "complices de fait"

·1 min de lecture
Emmanuel Macron dans un commissariat de police du nord de Marseille. - BFMTV
Emmanuel Macron dans un commissariat de police du nord de Marseille. - BFMTV

Emmanuel Macron a débuté ce mercredi son déplacement de trois jours à Marseille, où il doit notamment présenter un vaste plan pour relancer la ville.

La cité phocéenne, en proie depuis de nombreuses années à des difficultés économiques et sociales notamment dans ses quartiers nord, est confrontée au trafic de drogues et aux drames qu'il engendre. Une situation que le président impute aux trafiquants, mais aussi aux clients.

"L'idée que dans certains quartiers ce serait branché de prendre de la drogue pendant que dans d'autres on ait des jeunes qui se fassent tuer parce qu'ils la vendent ou surveillent, c'est terminé", a déclaré Emmanuel Macron au commissariat de la division nord de la ville. "Il faut que tout le monde comprenne dans notre pays que les consommateurs aujourd'hui de drogue sont des complices de fait".

Le président a annoncé au cours de cette rencontre un investissement de 150 millions d'euros pour la police de Marseille et assuré aux forces de l'ordre que l'État "ne lâchera(it) rien" contre le trafic de drogue.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles