Le Drian repousse son ralliement à Macron

Libération.fr
Emmanuel Macron et Jean-Yves Le Drian, à l'Assemblée nationale le 23 mai 2016.

Le ministre de la Défense ne sera pas présent samedi aux coté de Macron lors de la présentation du volet «défense» de son programme. Il pourrait néanmoins annoncer son soutien officiel à En marche la semaine prochaine.

Emmanuel Macron devra encore patienter avant de pouvoir se prévaloir du soutien de Jean-Yves Le Drian. Samedi matin, c’est en l’absence du ministre de la Défense que le candidat d'En marche va exposer le volet défense de son programme devant une assemblée d’anciens militaires, de réservistes et de grands commis de l’Etat réunis au Cercle national des armées à Paris. Ce faux bond, Macron le redoutait depuis que François Hollande a formellement invité ses ministres à la réserve jusqu’à l’ouverture de la campagne officielle, le 24 mars. «C’est compliqué, très compliqué», avait lâché le candidat, agacé en découvrant l’injonction présidentielle.

Handicap et rappel à l'ordre

C’est que la deadline venait télescoper son propre agenda. Le soutien de Le Drian, il y tient. Contrairement à la plupart des ténors socialistes, le ministre de la Défense est attendu à bras ouverts chez En marche. «Le Drian, c’est un cas très à part», confiait Macron mardi à son retour de Lille. Sur les sujets régaliens, le candidat a conscience que sa légitimité personnelle est faible. L'un des ministres de la Défense le plus populaire de la Ve République à ses côtés, c’était combler le handicap. Et mettre tous les atouts de son côté dans la perspective du premier débat télévisé entre prétendants à l’Elysée, le 20 mars.

Le rappel à l’ordre de Hollande compromet ses plans. Entre le Président et son ministre de la Défense, c'est une longue relation de fidélité et de confiance. Les confidences de Hollande dans «Un président ne devrait pas dire ça», le livre de deux journalistes du Monde, ont certes distendu quelque peu leurs liens. Mais sans les briser. Par respect de la hiérarchie institutionnelle tout comme par égard pour son ami de quarante ans, Jean-Yves Le Drian ne (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Ce que l'on sait de la fusillade dans un lycée à Grasse
A Grasse, «c’était chaud, chaotique, on a eu très peur»
2017, année du sursaut pour l'économie française ?
Glyphosate: Royal «condamne» la décision européenne
Pénibilité: Macron favorable à une mise en place par branche

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages