"Dreems", l'album que le duo Cassius s'apprêtait à sortir avant le drame

Laure Narlian
Avant la mort accidentelle de Philippe Zdar mercredi soir, le duo Cassius devait sortir son cinquième album ce vendredi. Conçu comme un mix de DJ, ce disque gorgé d'hymnes solaires fait écho à la personnalité hédoniste du disparu.

(Cette chronique a été publiée originellement mercredi après-midi, avant le drame, sous le titre "Avec Dreems, Cassius signe la bande son idéale de l'été").

L’échec a parfois du bon. Trois ans après l’ambitieux et incompris Ibifornia, dans lequel il tentait de marier Ibiza et la Californie, le duo parisien Cassius a décidé de relâcher la pression et d’aborder le futur avec décontraction pour son cinquième album studio baptisé Dreems.

Philippe "Zdar" Cerbonesci et Hubert "Boombass" Blanc-Francard, sorciers du son non seulement de la "french touch" mais aussi des débuts de l’abstract hip-hop (notamment sous pseudo La Funk Mob) et du rap hexagonal (ils étaient derrière Qui sème le vent récolte le tempo et Prose Combat de Mc Solaar), ont réalisé Dreems avec un détachement total proche du j'menfoutisme, assurent-ils. Bien leur en a pris.



Pour ce clip, Cassius a retrouvé des images de ses débuts en 1999

Un album de house music construit comme un mix de DJ

Adieu le travail acharné sur plusieurs années, goodbye la pop synthétique sophistiquée remise cent fois sur l’ouvrage. Cette fois, les amis de 30 ans ont pris le parti de la spontanéité et de l’urgence. L’idée était de réaliser cet album le plus vite possible, en trois semaines. Elles se sont transformées en trois mois mais c’est une (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi