Drapeau UE à l'Arc de Triomphe : Gabriel Attal dénonce un «manège à trois» Pécresse, Zemmour, Le Pen

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Marine Le Pen
    Marine Le Pen
    Femme politique française
  • Éric Zemmour
    Journaliste, écrivain et homme politique français

Le porte-parole du gouvernement a dénoncé mardi "un manège à trois" entre Valérie Pécresse, Éric Zemmour et Marine Le Pen, qui se concurrencent selon lui "dans le rejet des institutions européennes" après la polémique sur l'installation d'un drapeau européen sous l'Arc de Triomphe.

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a dénoncé mardi "un manège à trois" entre Valérie Pécresse, Éric Zemmour et Marine Le Pen, qui se concurrencent selon lui "dans le rejet des institutions européennes" après la polémique sur l'installation d'un drapeau européen sous l'Arc de Triomphe . Ce drapeau, mis en place pour célébrer le début de la présidence française de l'Union européenne samedi, a été retiré dimanche matin, "comme prévu" a assuré l’Élysée, rappelant par ailleurs que des dizaines de monuments, à l'instar de la Tour Eiffel, étaient éclairés en bleu pendant une semaine.

"Il y a une course, un manège à trois entre Valérie Pécresse, Éric Zemmour et Marine Le Pen qui cherchent à se concurrencer sur le créneau du rejet des institutions européennes", a déploré le porte-parole du gouvernement sur France Inter.

"Les bras m'en tombent"

"Si vous avez des responsables politiques qui estiment que notre pays est en danger parce qu'on accroche le drapeau européen, les bras m'en tombent", a ajouté Gabriel Attal qui s'est dit "sidéré" par cette controverse "auto-alimentée par les oppositions". Interrogé sur la possibilité de mettre le drapeau européen avec le drapeau français, comme l'avait fait Nicolas Sarkozy en 2008 lors de la précédente présidence française de l'UE, le porte-parole du gouvernement a répondu : "On aurait pu, même si cette polémique ne se justifie pas particulièrement".


Retrouvez cet article sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles