Le drame secret de Nordahl Lelandais

LExpress.fr
La cellule Ariane a examiné 900 disparitions ou crimes non élucidés au regard du parcours de Nordahl Lelandais.

"Un regard noir, intense, soutenu, fixe, vide de sentiment". Un regard qui met "au défi" celui qui lui fait face. C'est par ces mots qu'un expert psychologue décrit Nordahl Lelandais dans un rapport inédit, versé à ce dossier criminel labyrinthique, en décembre 2018. Un an après les premiers aveux de l'ancien militaire pour l'affaire Maëlys, la noirceur de ce regard dissimule encore son lot de secrets. 

Quatre affaires mettent aujourd'hui en cause le maître-chien. D'abord le meurtre en avril 2017, vers Chambéry, du caporal Arthur Noyer, que Lelandais aurait pris en stop avant de lui asséner un coup mortel lors d'une bagarre, selon ses propres aveux. Ensuite, en juillet, l'agression sexuelle, filmée, d'une petite-cousine âgée de quatre ans. Puis en août, l'agression d'une autre petite cousine âgée de six ans, selon un mode opératoire identique. Et enfin, une semaine plus tard, le meurtre de la petite Maëlys, enlevée au cours d'un mariage à Pont-de-Beauvoisin (Isère).  

Il y a plus d'un an, l'écho médiatique de l'affaire avait permis de relancer plusieurs dossiers de disparitions non élucidées dans sa région, en Rhône Alpes, avec une lancinante question en toile de fond : Lelandais, combien de victimes ? La gendarmerie a même mis en place une cellule spéciale baptisée Ariane pour, d'une part, retracer "le parcours de vie" du suspect, et, d'autre part tenter de rapprocher ou d'éliminer pas moins de 900 cas de disparitions, de cold case ou d'enterrés sous X au regard de ce parcours. Un an après, les conclusions de cette cellule sont toujours attendues.  

"Un litre de rhum et un gramme de cocaïne par jour !"

Une évidence s'impose pour l'instant : si l'on excepte l'incendie criminel d'un snack à Paladru (Isère) commis avec des complices en 2008, tous les faits pour lesquels il est mis en cause se concentrent sur l'année 2017. Deux hypothèses demeurent : soit le jeune homme n'avait pas basculé dans le crime avant cette année-là. Soit des victimes plus anciennes restent introuvabl...

Lire la suite sur L'Express.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :