Drame de Millas: le père d'une victime regrette que "la conductrice reste dans le déni"

Fabien Bourgeonnier, père de Loïc, victime de l'accident de Millas. - BFMTV
Fabien Bourgeonnier, père de Loïc, victime de l'accident de Millas. - BFMTV

"On ne cherche pas un coupable à tout prix, on cherche la vérité." Fabien Bourgeonnier, qui a perdu son fils dans l'accident de car qui est survenu à Millas le 14 décembre 2017, regrette les dénégations de la conductrice du bus scolaire au premier jour du procès du drame.

"Je suis persuadé qu’elle tient une posture. Elle reste dans le déni sur ce qu’il s’est passé", déclare-t-il ce mardi matin sur BFMTV.

Un drame qui doit servir d'exemple

L'attitude de Nadine Olivieira en ce premier jour de procès a choqué les victimes et les parents des victimes présentes au tribunal de Marseille où le procès a été délocalisé. En larmes lorsque le président de la cour l'a interrogée sur les circonstances de l'accident, elle n'a eu aucun mot pour les victimes, déclarant associer la date du 14 décembre au décès de son père, 8 ans jour pour jour avant l'accident.

"Même si elle ne se sent pas responsable de ce drame, je lui demande un peu d’humanité envers nos enfants. 23 enfants ont été victimes de ce drame, c’est inhumain de les oublier", poursuit Fabien Bourgeonnier, président de l'association "A la mémoire de nos anges".

Pour Fabien Bourgeonnier, ce procès doit être l'occasion de soulever le débat sur la sécurité des pasages à niveau. "Sur les passages à niveau, il y a des risques connus, tout ne fonctionne pas. Il faut qu’on arrive à en discuter, il faut que ce drame serve d’exemple comme c’est le cas lors de catastrophes aériennes", estime le père de famille. "On prend l’exemple de ce qui s’est produit et on fait en sorte que ça ne se reproduise plus, ou au moins on améliore les choses."

Article original publié sur BFMTV.com