"Drag Race" débarque en France: pourquoi c'est un phénomène mondial

Le programme américain, qui cartonne à travers le monde depuis dix ans, arrive enfin en France, ce samedi sur France TV Slash.

Tenues sophistiquées, maquillages excentriques, perruques multicolores... et voix graves: le rideau se lève sur un spectacle d'un nouveau genre ce samedi sur France TV Slash. La plateforme gratuite dévoilera à 20 heures le premier épisode de Drag Race France, une compétition durant laquelle dix drags queens - des hommes qui se déguisent en femmes pour se produire sur scène - s'affronteront pour devenir la "prochaine grande reine du drag français".

Ce concept, une sorte d'Incroyable Talent à la sauce queer, est totalement inédit dans l'Hexagone. Mais il est déjà un phénomène télévisuel à peu près partout dans le monde, et un noyau de fans fidèles réclame une version française depuis des années. Retour sur le succès d'un télé-crochet qui ne ressemble à aucun autre et n'a fait que gagner en ampleur au cours de la décennie passée.

Concept venu d'Amérique

L'aventure Drag Race a vu le jour en 2009 sur la chaîne câblée américaine Logo TV. Le programme, intitulé RuPaul's Drag Race ("la course des drags de RuPaul", littéralement), est porté par RuPaul, sans doute la drag queen la plus célèbre du monde. Pour créer son personnage de drag queen il a emprunté "deux morceaux de Cher, trois morceaux de Diana Ross, un soupçon de Dolly Parton et un petit peu de David Bowie et James Brown. Et un rien de Bugs Bunny aussi".

Ce mannequin, acteur et chanteur, aujourd'hui âgé de 61 ans, a fait carrière outre-Atlantique en se grimant en femme pour se produire sur scène dans des shows mêlant musique et humour. Il a créé sa propre ligne de cosmétiques, animé un talk-show et sorti plusieurs albums.

C'est donc fort d'une aura de star qu'il a lancé le programme il y a treize ans, en tant qu'animateur et président du jury. Chaque semaine, les candidats s'affrontent dans une série d'épreuves. À l'issue de chaque épisode, deux d'entre eux se retrouvent en ballotage, et doivent s'affronter dans un "lip sync" - un play-back, exercice typique de la scène drag. La moins convaincante est éliminée.

En mêlant performances artistiques, comique et crêpages de chignons, Rupaul's Drag Race a rapidement conquis de nombreux fans bien au-delà sur seul public LGBT. Il suffit de voir la vingtaine d'Emmy Awards (les Oscars de la télévision) que le programme a remporté, et les superstars mondiales qui ont fait des apparitions dans l'émission le temps d'un épisode, en tant que jurés invités: Lady Gaga, Nicki Minaj, Ariana Grande, Gigi Hadid, Marc Jacobs...

Témoins de la popularité grandissante du show, les sommes en jeu n'ont cessé de grimper. En 2009, la gagnante de la première saison, BeBe Zahara Benet, a remporté un chèque de 20.000 dollars. Lorsque Willow Pill est sortie victorieuse de la saison 14, en avril dernier, elle est repartie avec 150.000 dollars, soit plus de sept fois cette somme.

Phénomène mondial

Déjà connu à travers le monde par les fans connectés, le programme a connu un regain de notoriété lorsque Netflix en a acquis les droits de diffusion à l'international. Aujourd'hui, la quasi-totalité des saisons du show américain est disponible sur la plateforme.

Un tel succès fait forcément des émules. Depuis dix ans, des adaptations voient le jour aux quatre coins du globe. Rupaul's Drag Race a (ou a eu) son équivalent canadien, chilien, philippin, thaïlandais, italien, espagnol, hollandais, anglais...

En créant une émission grand public mettant en scène des drag queens, et en l'exportant partout dans le monde, RuPaul a aussi largement contribué à populariser la culture drag, longtemps cantonnée au milieu queer, à travers des spectacles qui allient burlesque, musique, humour et transformisme. Ce n'est sans doute par un hasard si, depuis quelques années, les shows de drags se multiplient à Paris... où les stars de Rupaul's Drag Race se sont parfois elles-mêmes produites.

Depuis 2017, le spectacle Werq The World sillonne le monde et réunit certains des candidats les plus emblématiques du programme. Il est passé par la France à trois reprises, en 2018, 2019 et 2022. Leur dernière représentation française a eu lieu au Zénith de Paris le 15 mai dernier.

Un RuPaul français

La version française de Rupaul's Drag Race est l'une des plus récentes à voir le jour. L'un des défis était de trouver la personnalité adéquate pour devenir le pendant français du charismatique RuPaul. Le choix de la production s'est porté sur Karl Sanchez, alias Nicky Doll. Encore peu connue du grand public, cette drag queen made in Bouches-du-Rhônes se produit jusqu'aux États-Unis. Elle est d'ailleurs la seule drag queen française à avoir participé à Rupaul's Drag Race, dans la saison 12, diffusée en 2020.

À ses côtés deux personnalités 100% gay-friendly complètent le jury. La pétulante animatrice et spécialiste mode Daphné Burki et le chanteur Kiddy Smile. Les dix candidates de cette première saison (La Big Bertha, La Briochée, Elips, La Grande Dame, La Kahena, Kam Hugh, Lolita Banana, Lova Ladiva, Paloma et Soa de Muse) ont été récemment dévoilées. Rendez-vous dès ce soir à 20 heures, puis chaque jeudi, pour des défilés hauts en couleur, des bagarres de divas et des lip syncs "LÉ-GEN-DAIRES!".

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Laurent Ruquier part à la rencontre des candidates de Drag Race France, découvrez les toutes !