Drôme: une quarantaine de CRS déployés après des violences à Valence

Mélanie Rostagnat avec AFP
·2 min de lecture
CRS (photo d'illustration) - Kenzo Tribouillard - AFP
CRS (photo d'illustration) - Kenzo Tribouillard - AFP

Plusieurs dizaines de CRS sont déployés ce samedi soir dans le quartier sensible de Fontbarlettes à Valence après des violences nocturnes survenues la veille entre jeunes sur fond de trafic de stupéfiants et durant lesquelles des coups de feu ont été tirés, a indiqué la préfecture de la Drôme.

"Je tiens à condamner de la façon la plus ferme ces actes aussi scandaleux qu'injustifiables et affiche la plus totale détermination à donner à cette affaire une suite judiciaire qu'elle mérite", a déclaré dans un communiqué le sous-préfet de la Drôme Bertrand Duclos.

"Les auteurs de ces agissements particulièrement graves seront identifiés et déférés à la justice", a-t-il ajouté, soulignant que "personne n'a été blessé" lors de ces violences "qui n'ont pas fait l'objet d'appels spécifiques à la police nationale, laquelle n'a pu intervenir pour y mettre un terme".

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

La préfecture s'exprimait après la diffusion d'une vidéo anonyme montrant une dizaine d'individus habillés de noir, capuche sur la tête et masqués, invectivant un groupe rival sur le parking d'un immeuble et alors que des coups de feu sont tirés. L'un d'entre eux est même filmé en train de viser avec une arme de poing derrière une voiture.

"Des impacts de balles et des douilles de 9 mm ont été retrouvés", a précisé Bertrand Duclos, qui évoque "un différend" entre un jeune du quartier du Plan et un groupe du quartier de Fontbarlettes "sur fond de trafic de stupéfiants".

"Un état d'urgence absolue"

A la suite de cet épisode violent, une "quarantaine" de CRS vont être déployés en renfort des effectifs policiers locaux dans ce quartier mais aussi dans celui de la Monnaie à Romans-sur-Isère, à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Valence, où des violences ont été observées "depuis quelques jours".

Il y a "un 'état d'urgence absolue' dans nos quartiers. Avec la même détermination, l'État doit aujourd'hui agir pour garantir la sécurité de tous, avant qu'il ne soit trop tard !", a réagi dans un communiqué le maire LR de Valence, Nicolas Daragon.

Dans le cadre des annonces du président de la République sur des renforts dans la police nationale, quinze agents supplémentaires doivent être affectés "probablement en septembre" à la circonscription de Valence qui compte aujourd'hui près de 200 agents, selon la préfecture.

Article original publié sur BFMTV.com