Drôme : une femme de 84 ans et un homme de 68 ans massacrés à l’arme blanche

Jean-Marc Ducos
L’hypothèse du meurtre suivi d’un suicide un temps évoquée est désormais exclue

L’hypothèse du double meurtre est désormais privilégiée après la découverte de deux corps dans une maison à Saint-Marcel-lès-Sauzet (Drôme).


Intrigant. Deux corps lardés de coups de lames ont été retrouvés dans une propriété de Saint-Marcel-lès-Sauzet (Drôme) ce mardi matin vers 8h30 au bout du chemin des Cèdres dans une maison isolée au pied d’une colline à l’écart du village. La thèse du double homicide est désormais privilégiée par les enquêteurs de la gendarmerie. Celle d’un meurtre suivi d’un suicide un temps évoquée est désormais exclue.

La propriétaire des lieux, une femme de 84 ans, a subi une attaque avec une arme blanche longue. Un homme âgé de 68 ans a aussi succombé à des coups portés à l’arme blanche et peut être un objet contondant. Cet homme était une connaissance de longue date de la propriétaire et venait régulièrement voir la vieille dame. C’est une femme de ménage arrivée tôt mardi matin qui a donné l’alerte en découvrant une scène d’une grande sauvagerie.

À leur arrivée, les secours ont découvert les deux victimes à deux endroits différents de la propriété. Une au pied de l’escalier de la maison, l’autre dans le jardin. Mais fait plus que troublant, les deux corps ont été recouverts d’un linge, ce qui oriente l’enquête vers l’intervention d’un tiers sur cette scène de crime. Cette attention du tueur est aussi un indice précieux pour les gendarmes. Ce geste pourrait être celui d’une personne qui connaissait ou qui avait un lien avec les victimes.

Une « scène d’une incroyable sauvagerie»

Autre élément constaté, une vitre a été brisée sur les lieux. L’hypothèse d’un cambrioleur ou de cambrioleurs surpris par les deux occupants reste aussi une piste pour les enquêteurs.

Le procureur de la République à Valence (Drôme), Alex Perrin, a évoqué une « scène d’une incroyable sauvagerie ». Le ou les malfaiteurs ont tenté d’essuyer « à l’eau » la scène de crime très sommairement. Très prudents, les enquêteurs ont passé la journée à « cribler » la maison de tests (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Ardennes : quatre ans requis en appel contre les ex-patrons fraudeurs de Thomé-Génot
Scandale de l’amiante : la justice prend tout son temps
Scandale de l’amiante : le combat des veuves
Indemnisation record de 11 millions d’euros pour un accidenté de la route
Attaque au cutter dans le Var : l’assaillante mise en examen et écrouée