Drôles de villes pour une rencontre (France 5) Immersion dans le quotidien des Vénitiens

·1 min de lecture

"Spazzino ! Spazzino !" C’est le cri poussé par Pietro, le jeune éboueur qui, ce matin-là, accompagne Alexandra dans sa tournée. En italien, le spazzino est celui qui collecte les ordures, et, à Venise, canaux obligent, tout se fait à pied et en bateau. Avec un chariot, que l’on pousse ou que l’on traîne à travers les ruelles et les centaines de ponts de la ville (a priori, au nombre de 435 !). Et c’est ainsi qu’à chaque immeuble, Pietro annonce sa présence. Les plus âgés ou les plus fainéants accrochent leurs sacs d’ordures à des crochets et les font descendre le long des parois – une des séquences inédites de cette nouvelle saison de Drôles de villes….

À lire également

Drôles de villes pour une rencontre (France 5) : A la découverte de La Paz, une capitale perchée !

Alexandra a posé ses valises quatorze nuits durant à Cannaregio, un quartier de la ville, pour découvrir Venise du côté de ses habitants. Selon les locaux, la Sérénissime accueille, chaque année, plus de 25 millions de touristes, en moyenne, alors que l’endroit ne compte qu’un peu moins de 255000 Vénitiens, et seulement 53 000 intramuros. Les autres vivent sur les rives de la lagune, « le continent », comme l’explique Carlo, un pompier un pe... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles