DPE, audit énergétique : les outils à ne pas confondre

© JAUBERT/SIPA

La mise en location ou en vente d’un bien immobilier passe par plusieurs étapes essentielles, parmi lesquelles figure l’évaluation de la performance énergétique. Pour y parvenir, il est possible de réaliser un diagnostic de performance énergétique (DPE) ou un audit énergétique. Deux outils à ne pas confondre. Pour faire simple : l’un fait office de rapport, tandis que l’autre constitue une aide à la décision pour améliorer la situation énergétique du logement.

Le DPE, de A à G

Obligatoire dans le cadre d’une vente ou d’une location immobilière, le DPE est le document de référence sur la performance énergétique des bâtiments. Effectué par un diagnostiqueur, il leur attribue des notes de A à G, selon qu’ils sont plus ou moins énergivores. Depuis la refonte de sa méthode de calcul, entrée formellement en vigueur à l’automne 2021, les étiquettes du DPE prennent en compte à la fois les consommations d’énergie primaire (pour le chauffage, la production d’eau chaude sanitaire et la climatisation) et les émissions de gaz à effet de serre associées. La plus mauvaise performance définissant, au final, la classe du logement. D’une durée de dix ans, il est désormais opposable en justice : l’acquéreur potentiel peut intenter une action pour préjudice s’il estime que l’étiquette attribuée au bien est erronée.

L'audit, à la charge du vendeur

L’audit énergétique, dont l’entrée en vigueur a été reportée au 1er avril 2023, s’imposera dans un premier temps dans le cadre d’une promesse de vente ...


Lire la suite sur LeJDD