La doyenne de l’humanité, la Française sœur André, est morte à l'âge de 118 ans

© NICOLAS TUCAT / AFP

La France a perdu sa doyenne. Le responsable de la communication au sein de la maison de retraite où résidait sœur André à Toulon a annoncé, ce mardi soir, que cette dernière était décédée dans son sommeil dans la nuit de lundi à mardi. « Elle est décédée à 2H00 du matin. Il y a une grande tristesse, mais elle le voulait, c'était son désir de rejoindre son frère adoré. Pour elle, c'est une libération ».

Lire aussi - Dix ans après sa mort, Sœur Emmanuelle toujours vivante au Caire

Âgée de 118 ans, elle était la doyenne française, mais aussi celle de l’humanité. À noter qu’aucun organisme officiel n'attribue ces titres de doyen ou doyenne, mais des spécialistes se sont accordés pour dire que sœur André était, jusqu'à présent, la personne la plus âgée vivante dont l'état civil avait été vérifié. Le livre Guinness des records avait validé cette donnée après le décès à 119 ans de la Japonaise Kane Tanaka. Née Lucile Randon le 11 février 1904, Sœur André avait récemment regretté la perte d'une partie de ses capacités physiques.

En avril dernier, elle avait déclaré : « On dit que le travail tue, moi, c'est le travail qui m'a fait vivre, j'ai travaillé jusqu'à 108 ans. » Depuis plusieurs années, elle avait néanmoins assuré auprès de l'Agence France-Presse vouloir « se retirer de cette affaire ». Une affaire qui aura tout de même duré près de 118 ans.


Retrouvez cet article sur LeJDD