Douze à quatorze ans de prison requis contre Redoine Faïd, le roi de l'évasion

Libération.fr
Redoine Faïd aux assises du Nord, le 6 mars, à Douai.

Le médiatique braqueur est actuellement jugé par la cour d'assises du Nord pour son évasion de la prison de Sequedin en 2013. Le procès devrait se terminer demain.

L’avant-dernier jour du procès de Redoine Faïd, jugé pour son évasion de la prison de Sequedin, près de Lille, en avril 2013 (dont Libération avait révélé l’enquête ainsi que les images impressionnantes), a commencé dans une drôle d’ambiance. Ce mercredi matin, sur l’A21 en direction de Douai, le fourgon pénitentiaire qui transporte le braqueur, figure du grand banditisme, jusqu’à la cour d’assises est percuté par… une voiture de la gendarmerie. L’accident, qui a peut-être un temps pu être perçu par l’escorte comme une nouvelle tentative de l’accusé de se faire la belle, n’a causé que des blessures superficielles.

C’est donc avec une minerve autour du cou que Redoine Faïd, 44 ans, a assisté au réquisitoire de l’avocat général. Les faits qui lui sont reprochés sont simples : lors de son incarcération entre les murs de Sequedin, près de Lille, il a pris quatre surveillants en otage et les a utilisés comme des boucliers humains pour se ménager un chemin vers la lumière. Après avoir fait sauter cinq portes avec des explosifs, il a été récupéré par un complice à l’extérieur. Le fugitif sera arrêté, avec plusieurs comparses, le 29 mai, dans un hôtel de la banlieue parisienne.

«Pas un tueur… Pas un ange»

«Dans son récit, Redoine Faïd a dit "J’ai ébréché la porte avec un explosif", mais il a aussi ébréché des personnes, des surveillants qui disent aujourd’hui "On est toujours vivants, mais quelque chose s’est cassé"», a dénoncé Eric Bedos, l’avocat général. Durant les six jours de procès, Redoine Faïd n’a pas cherché à minimiser les faits et a assumé son «appel de la liberté». Il a expliqué sa cavale par le désir de revoir son père mourant et le sentiment d’injustice d’être incarcéré pour un crime dont il s’est toujours dit innocent. Malgré ses dénégations, il a été condamné, en 2016, à (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Costumes offerts: «rien de répréhensible», comme l’assure Fillon?
Fillon veut la transparence sur les collaborateurs familiaux sans les interdire
Scandales «politico-vestimentaires»: des précédents
François Hollande, après la pluie
Les alterfiscalistes s'en prennent à Apple

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages