Doubs : une commune manifeste en soutien au salariés du site Peugeot-Japy

Il y a peu de monde en centre-ville, sur cette place qui célèbre Emile Peugeot. C'est à cette figure locale et au Japy, une autre famille d'industrielle, que beaucoup à Valentigney doivent leur emploi. Alors quand l'usine locale est menacée, tout le monde suit la consigne du maire : samedi, Valentigney ville morte. Les habitants sont devant l'usine et prêt à manifester. "S'il n'y a plus de travail dans notre commune, il n'y aura plus d'habitant ici", constate cette habitante. Une décision pour le jeudi 15 mars Cette usine emploie 500 personnes. Depuis le mois dernier, elle est placée en redressement judiciaire et deux employeurs se sont portés intéressés. Le premier prévoit déjà la suppression d'au moins 200 emplois. Jeudi, ce sera au Tribunal de commerce de Grenoble de trancher. "Ce qui m'intéresse, c'est de faire comprendre aux juges que l'emploi, le social est ce qu'il y a d'important. Ce sont les hommes à l'intérieur qui font vivre l'usine", commente Philippe Gautier, maire DVD de Valentigney.