Le meurtrier présumé des Cévennes mis en examen pour « assassinats »

·1 min de lecture
Traqué par plus de 350 gendarmes aidés de drones, d'hélicoptères et de chiens, le meurtrier présumé s'était rendu sans résistance vendredi soir.
Traqué par plus de 350 gendarmes aidés de drones, d'hélicoptères et de chiens, le meurtrier présumé s'était rendu sans résistance vendredi soir.

L'homme qui a abattu mardi son patron et un collègue dans un village des Cévennes a été mis en examen dimanche pour « assassinats », a annoncé le procureur de Nîmes, Éric Maurel.

« Valentin Marcone a gardé le silence devant le juge d'instruction », a précisé le magistrat, qui a requis le placement en détention provisoire de cet homme de 29 ans qui avait avoué le crime devant les enquêteurs.

Le double meurtrier présumé « n'exprime pas de regrets »

« À ce stade de la procédure judiciaire, la garde à vue de monsieur Marcone sera levée en début d'après-midi, il sera déféré devant un juge d'instruction, sur la qualification d'assassinats, assassinats engagés sur les deux victimes », avait déclaré dimanche matin Éric Maurel lors d'une conférence de presse à Nîmes, précisant que le double meurtrier présumé « n'exprim[ait] pas de regrets ».

« Les éléments qui nous permettent de retenir la préméditation sont multiples », a-t-il indiqué, ajoutant que Valentin Marcone a indiqué aux enquêteurs avoir eu une altercation avec le patron de la scierie où il était employé sur le non-paiement d'heures supplémentaires.

Valentin Marcone, 29 ans, avait pris la fuite mardi dans la forêt cévenole après avoir abattu son patron et un de ses collègues dans la scierie où il travaillait, dans le village des Plantiers (Gard). Traqué par plus de 350 gendarmes aidés de drones, d'hélicoptères et de chiens, il s'était rendu sans résistance vendredi soir.