Double meurtre de Pouyastruc: la gendarmerie renouvelle son appel à témoins

Un appel à témoins lancé le 8 juillet 2022 pour retrouver le suspect du double meurtre de Pouyastruc (Hautes-Pyrénées). - GENDARMERIE NATIONALE
Un appel à témoins lancé le 8 juillet 2022 pour retrouver le suspect du double meurtre de Pouyastruc (Hautes-Pyrénées). - GENDARMERIE NATIONALE

Les gendarmes recherchent toujours activement Cédric Tauleyne, le principal suspect du double meurtre commis à Pouyastruc, dans les Hautes-Pyrénées, le 4 juillet dernier. Vingt jours après les faits, ils renouvellent leur appel à témoins lancés le 8 juillet.

Cédric Tauleygne est né le 18 août 1987. Il est décrit comme un individu de sexe masculin et de type européen, mesurant 1m75 et considéré comme athlétique. Le suspect a les cheveux rasés et porte des lunettes. Il était vêtu d'un jean de couleur bleue et d'un blouson en cuir de couleur foncée au moment de faits.

Un individu dangereux

Le 4 juillet dernier, les corps d'Aurélie Pardon, 32 ans, et de Gabriel Fourmigué, 55 ans, étaient découverts à quelques mètres l'un de l'autre à Pouyastruc, dans les Hautes-Pyrénées. Ils étaient tous les deux enseignants dans un collège de Tarbes. Deux enseignants qui entretenaient depuis peu une relation.

L'ex-compagnon d'Aurélie Bardon et père de ses deux enfants, Cédric Tauleyne, est rapidement apparu comme le suspect numéro 1 de ce double homicide. Le procureur de Tarbes estimant que "le contexte de séparation" était certainement lié à ce drame.

Considéré comme dangereux, Cédric Tauleyne est un ancien militaire, pratiquant le tir sportif et amateur d'armes. Il est activement recherché depuis la commission des faits. Sa moto, aperçue à proximité de la scène de crime, a été retrouvée en Espagne dans le secteur de Jaca.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles