Double meurtre à Châlette-sur-Loing : le pavillon de l'horreur

Un vieux monsieur torturé et assassiné, son infirmière retrouvée morte dans les bois… À Châlette-sur-Loing, la peur règne.

Jacques Samson répétait qu’il n’avait peur de rien. D’ailleurs, il ne fermait jamais la porte de sa maison. C’était plus simple, il n’avait pas besoin de se lever tous les matins à 6 heures pour ouvrir à Karine Foucher, son infirmière. Depuis six ans, elle le réveillait puis lui administrait une injection d’insuline. Le retraité de 84 ans souffrait de diabète. Alors, trois fois par jour, Karine venait lui faire ses piqûres dans son pavillon décoré de nains de jardin.

Lire aussi:Une infirmière poignardée et son patient mort retrouvé les mains coupées

Depuis la mort de sa femme, Josette, il y a sept ans, des suites d’une leucémie, les journées de cet ancien cheminot se ressemblaient. Les choses avaient empiré en 2015, quand Jacques, « Coco » pour les intimes, avait commencé à avoir des troubles de la mémoire. Heureusement, il y avait le sport. S’il avait gardé l’habitude de s’habiller en survêtement et baskets, il le pratiquait désormais sur canapé, passant des heures devant les émissions sportives. Avec Jeanine, sa petite sœur, il avait mis les choses au clair : interdiction de le déranger lorsqu’il regardait le Tour de France. « Il faisait du parachute, du vélo… et même de la boxe : mon frère est un ancien champion du Gâtinais ! Il savait où taper. Il avait aussi servi pendant trois ans dans l’armée, durant la guerre d’Algérie. » Les dimanches après-midi, Jeanine venait le retrouver avec une tarte aux fruits. Jacques avait aussi ses entrées chez Mme Saillant, sa voisine : tous les jours, ils partageaient un café et le dîner.

Lire aussi:Meurtres d'une infirmière et de son patient : ouverture d'une information judiciaire

« Jacques se perdait constamment. Petit à petit, sa famille lui supprimait tout. Il ne pouvait même(...)


Lire la suite sur Paris Match