Double homicide Drôme-Ardèche: le tireur suspecté d'avoir tué une DRH dans le Haut-Rhin

·2 min de lecture

L'enquête sur le double homicide perpétré jeudi dans la Drôme et Ardèche a établi un lien avec un autre meurtre et une agression survenus deux jours plus tôt contre des DRH dans le Haut-Rhin.

L'enquête sur le double homicide perpétré jeudi dans la Drôme et Ardèche a établi un lien avec un autre meurtre et une agression survenus deux jours plus tôt contre des DRH dans le Haut-Rhin, sans cerner encore les motivations du suspect qui reste mutique en garde à vue.

"Fermée jusqu'à nouvel ordre": l'agence Pôle Emploi de Valence, endeuillée jeudi, demeurait portes closes vendredi, comme toutes les autres en France. En fin de matinée, une vingtaine d'employés y sont discrètement venus déposer des roses blanches devant les stores fermés, a constaté un journaliste de l'AFP.

La veille au matin, Gabriel Fortin, ingénieur sans emploi de 45 ans, a froidement abattu une employée de l'agence dans la stupeur générale.

Même incompréhension vendredi à Guilherand-Granges (Ardèche), de l'autre côté du Rhône, où le même homme a poursuivi son parcours sanglant en tuant la DRH d'une entreprise où il avait travaillé dans le passé, avant d'être arrêté par la police tandis qu'il tentait de fuir au volant de sa voiture.

Devant le portail de cette entreprise spécialisée dans la fabrication de véhicules de collecte de déchets, riverains et employés ont déposé des bouquets de fleurs, a constaté un journaliste de l'AFP.

Parmi eux Isabelle Renaud, retraitée de 61 ans. "On est un peu sous le choc, c'est une petite ville tranquille, c'est tellement soudain et inattendu. C'est monstrueux", a confié l'adjointe au maire de cette ville de 10.000 habitants.

"On a respecté une minute de silence à la mi-journée, il faut faire face tout simplement. J'ai fait mon travail comme d'habitude", a brièvement confié de son côté un technicien de l'entreprise sous couvert d'anonymat.

Depuis le début de sa garde à vue, le suspect reste silencieux sur son(...)


Lire la suite sur Paris Match