Doses limitées, problème de conservation, public très ciblé... Les médecins généralistes s'apprêtent à vacciner contre le Covid-19 sous contraintes

franceinfo
·2 min de lecture

Les doses du vaccin AstraZeneca sont livrées à partir de lundi dans les cabinets des 29 000 généralistes volontaires qui pourront commencer à les administrer jeudi. Chacun disposera de dix doses à utiliser dans les six heures s'ils n'ont pas de moyen de les réfrigérer.

La campagne française de vaccination contre le Covid-19, critiquée pour sa lenteur, franchit une nouvelle étape cette semaine. À partir de lundi 22 février les médecins généralistes vont recevoir des doses d'Astra Zeneca. Ils sont près de 29 000 à s'être portés volontaires pour vacciner un nombre limité de patients. Le feu vert sera donné jeudi.

>>> Suivez les dernières informations sur l'épidémie de Covid-19.

Chaque médecin ne disposera que d'un seul flacon d'Astrazeneca, soit dix doses de vaccin. Les généralistes rentrent donc doucement dans la course à la vaccination. Il faut encore patienter explique Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des Médecins de France : "On voit bien que les capacités de production sont en train d'augmenter mais pour le moment on est obligés de se contenter de ce que l'on a."

Six heures pour utiliser toutes les doses

Il va donc falloir faire des choix et identifier des patients prioritaires. "Il s'agit des gens qui ont entre 50 et 64 ans mais qui ont aussi une affection de longue durée, une comorbidité ou un surpoids, indique Jacques Battistoni, président de MG France, le syndicat des généralistes. Ce sont donc des gens qui sont plus à risque de faire une forme grave de la maladie." Une fois les patients ciblés, encore faut-il qu'ils soient volontaires, mais aussi disponibles.

Les généralistes vont être confrontés à quelques contraintes logistiques. "Le vaccin n'est pas le plus facile à utiliser qui soit, estime Jacques Battistoni. Il (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi

Ce contenu pourrait également vous intéresser :