Dordogne: le forcené a été condamné à quatre reprises pour violences sur conjoint

·2 min de lecture

L'ancien militaire, objet d'une chasse à l'homme en Dordogne depuis ce dimanche matin, a été condamné à quatre reprises par la justice pour des violences conjugales révèle la procureure de Périgueux, Solène Belaouar.

L'ancien militaire, objet d'une chasse à l'homme après avoir tiré sur des gendarmes appelés pour des violences familiales en Dordogne, a été condamné à quatre reprises par la justice pour des violences conjugales "au préjudice de son ex-compagne", a révélé ce dimanche à la presse la procureure de Périgueux Solène Belaouar.

L'homme de 29 ans, lourdement armé, "avait interdiction de détenir des armes" et "l'arme qu'il a utilisée cette nuit et qu'il utilise actuellement, vraisemblablement, est une arme qui a été obtenue illégalement", a-t-elle ajouté lors d'un point de presse au Lardin-Saint-Lazare.

Sa première condamnation pour violence sur conjoint a été décidée par le tribunal de Bergerac qui lui a infligé le 17 mars 2015 une peine de six mois d'emprisonnement avec sursis et mise à l'épreuve pendant deux ans, a détaillé la procureure. Puis, le 22 février 2017, le tribunal de Périgueux l'a à nouveau condamné à six mois avec sursis, une peine assortie d'obligation de soins. Sept mois plus tard, le 11 septembre 2017, le même tribunal le condamne en comparution immédiate à un an d'emprisonnement avec mandat de dépôt.

Puis, pour des faits commis en janvier 2021, le même tribunal le condamne le 19 février en comparution immédiate à 16 mois de prison dont huit avec sursis et mise à l'épreuve, mais sans maintien en détention alors qu'il avait passé quelques semaines en détention provisoire, le temps de préparer sa défense. Le 3 mai dernier, sa peine de huit mois ferme est aménagée avec l'obligation de porter un bracelet électronique et de ne pas s'approcher de son ex-compagne, mère de ses trois enfants.

Deux enquêtes judiciaires ouvertes

Deux enquêtes judiciaires, distinctes, ont été ouvertes. La première a été confiée à la brigade de recherche de la compagnie de gendarmerie de Sarlat et concerne les faits commis au préjudice de son ex-compagne, "des faits de violence sur conjoint", ainsi que pour les faits "de tentative d'homicide sur l'homme qui été avec [son ex-compagne] ce soir-là et en direction duquel l'intéressé a tiré avec une arme à feu", a précisé la procureure de Périgueux.

Une seconde enquête a été confiée à la section de recherche de la gendarmerie de Bordeaux. Elle porte sur des faits de "tentative d'homicide sur personnes dépositaires de l'autorité publique, c'est-à-dire sur les militaires (…) en direction desquels l'individu a fait usage de son arme avec une intention d'homicide assez manifeste", a ajouté Solène Belaouar.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles