Dordogne: Terry Dupin, un ancien militaire lourdement armé, condamné à plusieurs reprises

·4 min de lecture
Un appel à témoins a été lancé pour retrouver Terry Dupin, le forcené recherché en Dordogne - BFMTV
Un appel à témoins a été lancé pour retrouver Terry Dupin, le forcené recherché en Dordogne - BFMTV

Plus de 300 militaires, dont des membres du groupement de gendarmerie de la Dordogne ainsi que du GIGN, étaient mobilisés depuis dimanche matin à Lardin-Saint-Lazare pour retrouver un homme retranché dans une forêt près de cette commune de Dordogne. Une chasse à l'homme de longue haleine, qui a trouvé son terme à la mi-journée ce lundi, quand le fugitif a été neutralisé, comme l'a annoncé Gérald Darmanin, lors d'une opération où il a été gravement blessé par balle.

Lourdement armé, le forcené avait pourtant l'"interdiction de détenir des armes" et "l'arme qu'il a utilisée cette nuit [dimanche, NDLR]" est vraisemblablement "une arme qui a été obtenue illégalement", a précisé Solène Belaouar, la procureure de la République de Périgueux (Dordogne), dimanche soir lors d'une première conférence de presse. Deux enquêtes ont été ouvertes contre lui.

Dans la foulée d'un nouveau point sur la situation, un nouvel appel à témoins, avec une photo récente du fugitif, avait été lancé par la gendarmerie de Dordogne. On y apprend que cet homme se nomme Terry Dupin, qu'il est né le 14 avril 1992 à Rosny-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, qu'il mesure 1m83, est de corpulence athlétique et porte une barbe.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

· Un ancien militaire de 29 ans

Le suspect est donc un homme âgé de 29 ans. Originaire de Seine-Saint-Denis, il réside en Dordogne depuis l'âge de 7 ans et "a fait sa vie" dans ce département, a indiqué la procureure de la République de Périgueux.

Cet ancien militaire, décrit sur notre antenne comme un "grand gaillard avec beaucoup de cœur", par Maxime, un ancien collègue de travail, a rencontré son ancienne compagne en 2013, sur internet, a appris BFMTV. Leurs deux premiers enfants sont nés en 2014 et 2016. Leur relation a été ponctuée par des conflits et des séparations, que le le mis en cause a mal vécu.

Il s'était, par exemple, introduit à l'été 2017 chez elle et avait saccagé son domicile. Il était ensuite revenu quelques jours plus tard, au début du mois d'août, et s'était caché dans un placard de la chambre. Son ex-compagne, accompagnée de son frère, l'avait surpris. Il les avait menacés avec un couteau avant de s'enfuir et de revenir avec un pistolet.

Cette même nuit d'août, les gendarmes étaient intervenus et avaient déployé un hélicoptère. Les forces de l'ordre l'avaient alors traqué jusque dans les bois où il s'était enfui.

· Quatre condamnations pour des violences conjugales

Cet ancien militaire a été condamné à quatre reprises par la justice pour des violences conjugales "au préjudice de son ex-compagne", a révélé ce dimanche soir Solène Belaouar, la procureure de la République de Périgueux.

Sa première condamnation pour violence sur conjoint a été décidée par le tribunal de Bergerac qui lui a infligé le 17 mars 2015 une peine de six mois d'emprisonnement avec sursis et mise à l'épreuve pendant deux ans, a détaillé la procureure. Puis, le 22 février 2017, le tribunal de Périgueux l'a à nouveau condamné à six mois avec sursis, une peine assortie d'obligation de soins. Sept mois plus tard, le 11 septembre 2017, le même tribunal le condamne en comparution immédiate à un an d'emprisonnement avec mandat de dépôt.

Puis, pour des faits commis en janvier 2021, le même tribunal le condamne le 19 février en comparution immédiate à 16 mois de prison dont huit avec sursis et mise à l'épreuve, mais sans maintien en détention alors qu'il avait passé quelques semaines en détention provisoire, le temps de préparer sa défense.

Le 3 mai dernier, sa peine de huit mois ferme est aménagée avec l'obligation de porter un bracelet électronique et de ne pas s'approcher de son ex-compagne, mère de ses trois enfants. Il n’était plus résident de la commune de Lardin-Saint-Lazare et avait obligation de fixer sa résidence en un autre lieu.

· "Un très bon tireur"

Terry Dupin avait trouvé, en août 2020, un emploi de chauffeur de poids lourd. Sa patronne, qui s'est dit "choquée" sur BFMTV, l'a décrit comme quelqu'un "d'exemplaire" au travail, "de très droit, à qui on n'a rien à reprocher".

Maxime, son ancien collègue, a également dit de lui qu'il était "très bosseur, très travailleur, toujours ponctuel et très bon camarade, avec toujours le sourire aux lèvres".

"Mais par contre il ne se laissait pas faire. Il a toujours eu l'esprit militaire, il était souvent habillé en treillis. Il avait toujours la coupe de cheveux à la militaire", s'est-il également souvenu.

Ce dernier a reçu un message du forcené dimanche matin. Il a découvert qu'il avait essayé de le joindre dans la nuit, mais son portable était en mode avion. Selon lui, l'ancien militaire "ne veut pas tuer qui que ce soit, sinon ce serait déjà fait". "C'est un très bon tireur, s'il avait voulu tuer quelqu'un ce serait fait", a-t-il encore affirmé.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles