Ils sont « comme le dopage pour le sport »… Comment les « fake streams » chamboulent la musique en ligne

Ils sont « comme le dopage pour le sport »… Comment les « fake streams » chamboulent la musique en ligne

STREAMING ARTIFICEL - Selon un rapport publié cette semaine, jusqu’à 3 % des écoutes sur les plateformes musicales seraient artificielles pour gonfler la notoriété d’un artiste et les revenus qu’il génère

Ça n’était plus un mystère depuis longtemps, mais c’est désormais officiel. Dans un rapport inédit, publié cette semaine, le Centre national de la musique (CNM) le confirme, avec des chiffres à l’appui : « la manipulation des écoutes en ligne est une réalité ». En France, en 2021, entre 1 et 3 milliards de streams, soit 1 % à 3 % du volume total de la musique consommée sur les plateformes, étaient faux. C’est-à-dire artificiellement créés. Des « escroqueries », parmi d’autres manipulations comme celle imaginée par le rappeur Lorenzo, commanditées pour gonfler la notoriété d’un artiste et les revenus qu’il génère.

« Un fléau », largement commenté ces derniers jours à Cannes,le Midem, illustre congrès mondial, renaît de ses cendres. « Quand tout est mis dans un pot commun qu’on partage au prorata, ce qui vient altérer la réalité des usages se fait au détriment des autres ayants droit », rappelait sur place le président du Syndicat national de l’édition phonographique (Snep) Bertrand Burgalat.

Jusqu’à 6.499 euros pour un million de streams

Et la fraude quasi institutionnalisée. « Fermes à streams [des ordinateurs en réseau], piratages de comptes, l’imagination des pirates est riche (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Cannes : Frappé avec un casque de moto après une soirée arrosée, un homme meurt des suites de ses blessures
Menton : Interpellation d’un ancien militaire en fuite après une intervention du Raid à son domicile
Paca : Le préfet évoque « une situation préoccupante » en matière de construction de logements sociaux
Nice : Condamné à quatre ans de prison, un dealer s’enfuit du tribunal avant le délibéré