Dopage : soupçons de favoritisme dans le monde du tennis

Selon le Daily Mail, certaines données de l'ITF concernant les tests sanguins des sportifs sont « trompeuses ». (Photo d'illustration)
Selon le Daily Mail, certaines données de l'ITF concernant les tests sanguins des sportifs sont « trompeuses ». (Photo d'illustration)

Encore une affaire liée au dopage qui entache le monde du sport. Cette fois-ci, c'est de tennis dont il s'agit. Selon le Daily Mail, certains joueurs de tennis auraient récemment eu la possibilité de réserver leurs créneaux de contrôle antidopage jusqu'à quatre jours à l'avance. Seuls les meilleurs joueurs se seraient vu « offrir » cette possibilité. Ce procédé, qui aurait été mis en place cette saison avant le Masters 1000 de Miami, mais également en marge de Roland-Garros en 2019 et de l'US Open de 2021, a pu conduire à de la triche, selon les experts.

Selon Rob Parisotto, scientifique australien et expert en dopage (il a réalisé le tout premier test de dépistage de l'EPO), a déclaré dans le Daily Mail : « Le fait que les contrôles soient connus à l'avance fait une grande différence dans le dopage sanguin. Un laps de temps de trois ou quatre jours avant un tournoi est la période idéale pour recharger votre volume sanguin et maximiser sa capacité à transporter l'oxygène, pour améliorer votre endurance et vos capacités de récupération. »

L'ITF accusée de gonfler les chiffres des tests antidopage

Dans son article, le Daily Mail avance comme preuve un message, reçu par certains joueurs, dans lequel Nicole Sapstead, directrice de l'ITIA (programme antidopage de la fédération internationale du tennis), précise les dates des contrôles antidopage et les créneaux au cours desquels les passeports biologiques des athlètes (PBA) seront récoltés.

À LIRE AUSSIDopage – Guy [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles