Dopage : la Russie exclue pour deux ans des compétitions mondiales

·1 min de lecture

La Russie est exclue pour deux ans des grandes compétitions mondiales, dont les Jeux olympiques d'été de Tokyo en 2021 et ceux d'hiver de Pékin en 2022, pour avoir transgressé les règles antidopage, a annoncé jeudi le Tribunal arbitral du sport (TAS).

La possibilité de s'aligner sous bannière neutre

Les trois arbitres désignés par le TAS ont réduit de moitié la sanction proposée l'an dernier par l'Agence mondiale antidopage (AMA), qui devait être de quatre ans, tout en laissant aux athlètes russes jamais sanctionnés pour dopage la possibilité de s'aligner sous bannière neutre. 

 

A LIRE AUSSI >> Dopage : la Fédération russe d'athlétisme n'a pas payé son amende à temps

Les "conséquences" de la tricherie russe, soit le trucage à grande échelle des données informatiques du laboratoire antidopage de Moscou, "ne sont pas aussi importantes que ce que souhaitait l'AMA", reconnaissent les arbitres dans leur décision. Pour justifier leur clémence, ils disent avoir "pris en compte des questions de proportionnalité" des sanctions, "et en particulier, le besoin de promouvoir un changement de culture et d'encourager la prochaine génération d'athlètes russes à participer à un sport international propre".

En clair, les sportifs ont été largement préservés de la sanction collective réclamée par l'AMA et qui englobait initialement trois éditions des JO, jusqu'à Paris-2024, mettant potentiellement fin à la carrière de nombre d'entre eux.

Un million d'euros à rembourser par l'agence antidopa...


Lire la suite sur Europe1